Chapter VIII : Betius, Charmutha : Arabia Felix and the climatic change.

« Without water, no life » … This is the motto that summarizes well this climate change. This was an ecological disaster not only for Charmutha but also for the entire Arabian Peninsula and beyond. The previous chapter had described the landscape and wildlife of the mysterious Punt Arab kingdom, now disappeared. The frescoes of Deir-Al-Bahari bear witness to this past period. Today Hejaz’s desertification is so surreal that many people can not conceive of it. Without control of this concept, the Punt’s country remains and will remain mysterious for historians. The objective of this study is to look for evidence about this desertification and specially to provide answers to the causes of this climate change. This work is necessary to validate this surprising theory, which will then rediscover Charmutha and its region.

Chapter VIII : Betius, Charmutha : Arabia Felix and the climatic change.

In the pharaohs’ time, around Charmutha, the landscape was completely different from the one we know and did not look like the desert of today. To the north, there was the wonderful land of Banizomenes crossed by many streams. To the south, a forested mountain was spread out: « There is, after, another shore full of fountains and good fresh waters, and here a mountain covered with all kinds of trees called Gabin » (Diodorus the Sicilian, reference n ° 1). Inland, to the south, there were « incense forests which extended in a length of twenty schenes, and in a width of ten (150 km by 75 km) ». These woods were located in « the Atramites’ land, a Sabeans’ district, and whose capital was Sabota, situated on a high mountain, at eight stations of the thuriferous region called Saba » (Pliny the Elder, Book XII, XXX.1 and 2, reference No. 43). Diodorus the Sicilian gives nature’s details of these trees: « … the mountains produce not only fir trees and poplars, but also cedars and a kind of trees they call Baraton« .


Figure VIII.a: Ptolemy’s map of the Petra’s kingdom and « Arabia deserta ».

Another map of Ptolemy, that of the Middle East (figure VIII.a), sums up this change perfectly. A mountain « Montana Feli » with a cartridge « Desertum » went from the Aqaba’s Gulf to Kuwait today. Around this mountain were three Arab regions: « Felicis Arabia pars », Happy Arabia in the south; « Arabia Petrea », the kingdom of Petra in the north-west; and « Arabia Deserta » Arabia’s desert to the north-east.


Figure VIII.b : satellite photo of the Arabian Peninsula.

The first remark concerns the presence of a mountain since, today, there is no trace that can justify its existence. The « Desertum » cartridge is rare enough for us to mention. To explain this note added by Ptolemy, it is necessary to exploit the satellite photo of the Arabian Peninsula (Figure VIII.b) which brings an interesting information. This shows a large amount of sand in the center of this region and suggests a credible hypothesis. This mountain could have been a huge dune (hence the cartridge « Desertum ») that the north winds have in the meanwhile moved to the center of the peninsula.

Second remark, on the map, between the dunes « Montana Felici » and « Montana Babilonie », there is a zone colored in green called « Heremum Arabia », « Heremum » which can be translated by « Desert ». This desert could have been that of Hagar and Ishmael, where the mother and her son were abandoned by Abraham. Be that as it may, « Arabia Happy » was not a desert region but rather a pleasant country to live in.


Figure VIII.c: map of the « Petra » kingdom and Arabian desert by Ptolemy.

To note, between « Petrea » and « Heremum Arabia » (desert of desert Arabia), there is the ancient city Moca (Ptolémée (Lo = 67,88 °, La = 30,17 °)). Given the similarity of the names, some authors (Patricia Crone, reference 33) suggest that Moca could be the original Mecca, knowing that the first mosques steer to the Petra’s country (Don Gibson, reference 34). With a perfectly defined Petra’s location (Ptolemy (Lo = 66.75 °, La = 30.33 °) and GPS (La = 30.33 °, Lo = 35.44 °)), we can deduce the GPS coordinates of this disappeared city: Moca (La = 30,17 °, Lo = 36,57 °), which positions it to the East of Jordan and the Ma’an’s governorate.

As for rivers, the impact of this climatic event was catastrophic for wildlife since many species disappeared from the Arabian Peninsula … The memory of this biodiversity is still visible on the rock engravings but also in some stories … Diodorus the Sicilian will remain an only witness of this time and the missing animals (reference n ° 1): the lions (pages 98 and 130), the leopards (pages 98 and 130), the tigers nicknamed Babylonian (page 98), the wolves (page 130) ) the ostrich (page 98), the giraffe (page 98), the elephant (page 100), deer and deer (page 130), … According to Pliny the Elder, the festivals (in Arabia) were spent in hunts, of which the most agreeable are those whose object is tigers and elephants « (Pliny the Elder, Book VIII, XXIV.10, reference No. 43). The disappearance of all these exotic animals can be explained by several causes, but the two main ones are often deforestation and / or a climate change. At this step of our reasoning, the first question is to know if Man is responsible for this desertification.

To determine its responsibility, it should be noted that, whatever the environment, plants and animals cannot survive without the molecule essential to the life called H2O. This water necessary for the ecosystem is brought either by the rain or by the rivers. For the Arabian Peninsula, its supplies stopped up to the point of drying up the various rivers described by Ptolemy:

–          Becius : source (69,5° ; 20,66°) ; mouth (76° ; 24,5°).

–          Prionis : source (84° ; 13,5°) ; mouth (82° ; 17,5°).

–          Laris : source (86,5° ; 23,5°) ; mouth (87° ; 18°).

Other mythical rivers would have disappeared from our collective memory if they had not been mentioned, for example the Corys and the Phison which threw themselves respectively into the Red Sea (Homer, reference n ° 7) and into the Persian Gulf (the Bible, reference 11). These two rivers were to have their source, surely, in the same mountains as those of Becius (see Chapter No. VI, « Becius, this disappeared river »). Others, smaller, dried up like the one mentioned by Diodorus the Sicilian at the Debes’ level or those drawn on the map published in 1554 by Allain Manesson Mallet (reference n ° 14). The disappearance of these rivers cannot be explained by excessive deforestation, which accredit the theory of a climate change. On the other hand, the human degradations did not help the fauna and the flora, mistreated by the Nature.

After excluding the Man’s responsibility, this desertification of the Arabian Peninsula is necessarily the decrease’s result in rainfall. And this rainfall’s evolution  is confirmed by Strabo (reference n ° 2): « The air of this country (Macine, on the border of Mesopotamia) is unhealthy; the climate is foggy, rainy and hot all at once; the soil is however fertile … « (Page 258); « The last countries towards the south and vis-à-vis Ethiopia are watered by summer rains; and it is sown twice a year, as in India. They are crossed by rivers that are lost in plains and marshes … « (Page 261). According to Diodorus the Sicilian (reference No. 1, page 100), the southern region was so well watered that peasants could sow twice a year.


Figure VIII.d: Map of North West Africa by Ptolemy.

Figure VIII.e: Map of North Central Africa by Ptolemy.

Figure VIII.f: Map of North-East Africa by Ptolemy.

This depletion of the rainy seasons caused a fatal drought and after turned savannas and forests into deserts. But was this event located in the Arabian Peninsula alone or was it much more important? To answer this second question, we must look at maps of Mediterranean Africa (Figures VIII.d, VIII.e and VIII.f). This northern part of the continent was decomposed by Ptolemy into five main regions: « Marmarica » ​​(Mediterranean Egypt), « Cyrenaica provincia », « Affrice minoris », « Mauritania Cesariensis » and « Mauritania Tinganice ». Like « Arabia Happy », many rivers noted on the map have disappeared. This list is long from the Nile delta to the Atlantic coast : Lathenis (48.25 °, 31.33 °), Cynipbi (42.25 °, 31.5 °), Trigonis (38.66 °; 30.5 °), Cathade (34.88 °, 32.5 °), Bagrade (34.5 °, 32.66 °), Rubricati (30.75 °, 32.25 °), Ampsage (26.25) 31.75 °), Avil (24.66 °, 31.88 °), Audi (23.88 °, 32 °), Sisaris (23.33 °, 25 °), Nasath (22.15 °; 32.5 °), Serbetis (19.5 °, 32.88 °), Savi (18 °, 33 °), Calinaph (16.66 °, 33.33 °), Malus (11.12 °; 75 °), Malochthi (10.75 °, 34.75 °), Thalude (8.5 °, 34 °), Sane (8.33 °, 27.33 °), Agne (8.5 °; 88 °), A (8.66 °, 28.33 °), Pthua (7.5 °, 30 °), Diurus (7.33 °, 31.66 °), Asame (6.25 °, 32 °) Cuse (6.66 °, 32.75 °), Diu (6.12 °, 33.33 °), Sale (6.66 °, 32.88 °), Suburi (6.33 °; 33 °), Lix (6,33 °, 34,25 °), Zile (6 °, 34,33 °) … As for the Nile, it has not disappeared, but its flow has greatly decreased to the point of causing famines of Cleopatra’s time.

Today, the Ptolemy’s maps are one of the rare testimonies of this bygone era, during which Mediterranean Africa was a welcoming region for Man. There was, then, a large watershed with several lakes (denoted « pallus »). The first « pallus Pallas » received water from a mountain in the south then fed a second « pallus Triton », which fed a river named « Trigon ». These lakes were famous because Triton and Pallas were mythical personas. The first was a sea god, son of Poseidon, while Pallas was the daughter of Triton, one of Lake Tritonis naiads.

Another witness of this bygone era, Herodotus had described this magnificent region before the desertification: « CXCVIII. As for the soil’s goodness, Libya (here from Algeria to western Libya today) cannot, it seems to me, be compared to Asia or Europe: I only except the Cinyps (the Cyneriac, east of today Libya), a country which takes the same name as the river (Cynipbi for Ptolemy), country in which it’s watered. It can be compared in parallel with the best wheat lands, so it does not look like the rest of Libya. It is a black earth, and sprinkled with several springs: it has nothing to fear from the drought, and the excessive rains only watering it, it suffers no harm: It is raining in this part of Libya. This country brings back as much grain as Babylonia. That of the Evesperides is also an excellent country. In the years when the lands surpass themselves in fertility, they pay back a hundredfold; but the Cinyps is worth about three cents for one. « 

Not only was the landscape around the Mediterranean exceptional but its fauna was rich and diverse. The animals in this place then resembled those of an exotic country, which Herodotus confirms (reference n ° 42):

« CXCI. West of the Triton River, the Libya’s plowboys touch the Auseans; they have houses, and they are called Maxyes. They let their hair grow on the right side of the head, they shave the left side, and they paint their body with vermilion: they say they are descended from the Trojans. The country they inhabit, as well as the rest of western Libya, is much more filled with wild beasts, and covered with wood, than that of the nomads; for the part of eastern Libya inhabited by the nomads is low and sandy to the Triton River. But from this river, towards the west, the country occupied by the plowboys is very mountainous, covered with wood and full of wild beasts. It is in this western part of Libya that are snakes of prodigious size, lions, elephants, bears, asps, donkeys which have horns, cynocephali (animal with a dog’s head) and acephalous (headless animals), which, according to the Libyans, have their eyes on their chests. There are also wild men and women, and a multitude of other ferocious beasts, which really exist.

« CXCII. In the nomads’ country, none of these animals are found; but there are others, such as bald eagles, deer, bubalis, donkeys, not of this kind of donkey with horns, but of another who does not drink. We also see oryx the size of an ox: we use the horns of this animal to make the zithers’ elbows.

There are also foxes, hyenas, porcupines, wild rams, dictyes, thoes, panthers, borys, terrestrial crocodiles about three cubits long that resemble lizards. ostriches and little snakes, each with a horn. All these types of animals are found in this country and next to all those who are elsewhere, with the exception of deer and wild boar, because there is no wild boar or deer in Libya. We can also see three types of rats, the dipodes, the zegories, the Libyan name meaning hills in our language; the rats of the third type are called hedgehogs. There was born in silphium, weasels that resemble those of Tartessus. Such, as far as I have been able to know from the most exact researches, are the species of animals which we see among the nomadic Libyans. « 

In the fourth century BC, according to Herodotus, there were many exotic animals around Lake Triton: elephants, ostriches, panthers, lions, crocodiles, boa snakes … Later, in the first century after JC, Pliny the Elder reported the presence of these animals in Africa but was less precise for localization, except for the elephant: ”Some authors report that, in the forests of Mauritania, herds of elephants descend on the edge of a river named Amilas « (Pliny the Elder, Book VIII, I.2, reference 43); « Africa produces elephants beyond the deserts of Syrtes and Mauritania.” (Pliny the Elder, Book VIII, XI.1, reference n°43). These elephants of the African forests, smaller than those of Asia (Pliny the Elder, Book VII, IX.1, reference n°43), were captured by the Carthaginians to integrate them as weapon of war in their garrisons (War of Pyrrhus, 280 BC, Second Punic War, 18 BC).


Figure VIII.g: photo of a cynocephalic monkey called Baboon hamadryas (source Wikipedia).

Among the other exotic animals cited by Herodotus, there were « cynocephalic » with a dog’s head and « acephalic » which had eyes in the chest. These strange animals could be monkeys that we call today « cynocephalic » (figure VIII.g). Their faces resemble those of a dog and their neck muscles do not allow to straighten their heads which are found at the level of the chest. The same monkeys, those with a dog’s head and who could be hamadryas baboons, lived in the country of Punt. We can still see them on the frescoes of Deir-Al-Bahari (figure VIII.h).


Figure VIII.h: Pount’s monkeys in the Deir-al-Bahari fresco.

As for the giraffes, they began to be exposed since the middle of the first century BC, and especially since the games given by Pompey (Pliny the Elder, book VIII, XXVII.1). His meat was then on the meals’ menu of the Roman nobility (« A Pompeii, the giraffe on the menu of the last meal before the eruption », reference No. 35). Despite his description, Pliny the Elder had not mentioned their geographical area of ​​origin. The etymology can, however, provide an answer. The Ethiopians called this animal « nabu » (Pliny the Elder, Book VIII, XXVII.1, reference No. 43) while the Syrians called it « Camelopardis » (Varro, reference No. 36). The existence of these two different names reinforces the theory of two distinct geographical zones, a first in Ethiopia with « nabu » and a second in Syria with « camelo ». Since Latin has chosen the prefix « Camelo », it is highly probable that giraffes came mainly from Asia. On the other hand, it must be noted that at the time of his games, Pompey the Roman had just annexed the Middle Eastern regions, where lived the last Asian specimens.


Figure VIII.i: Temperature’s evolution from 9,000 BC until today.

Today, we can say that the rainfall’s drop was felt from the Sahara until the Arabian Peninsula and caused desertification on several continents. Such a magnitude can only be explained by a planetary event. Instinctively, we can suspect temperature as the real cause of this ecological disaster. The first graph (figure VIII.i, reference n ° 37) presents the evolution of this data estimated from 11,000 BC to today. From 9,000 to 8,000 BC, there is a sharp increase in temperature after the glaciation phase. Then, from 8,000 to 2,000 BC, there is a fairly stable period during which the delta was approximately + 2 ° Celsius. Then there is a gradual fall to the value until today. The second graph (figure VIII.j, reference 38) shows again the temperature but this time on a site in Greenland. As expected, this one is raised until the Roman period and then there is progressive cooling since the 1st century BC until today. It is necessary to note punctual warmings or « small climatic optima »: Minoan (1,300 years before JC), Roman (of 100 after JC +/- 200 years) and medieval (also called global warming of the year thousand). These optima have a periodicity of 1,000 years, which could explain the current warming by a natural cycle and not by men’s reason.


Figure VIII.j: Evolution of the temperature from 9,000 BC until today.

Whatever the temperature graphs on the Holocene, they provide a surprising finding that is an estimated drop of 1 ° to 2 ° Celsius whereas we could have expected the reverse. On the other hand, the climatic optimum of the Holocene lasted at least until 2,000 BC and this deadline corresponds to a famous event of the Bible called the Flood. Whether we are believers or not, Mesopotamia experienced significant floods during this period. During Wolley’s Ur drilling, the archaeologist discovered an alluvial deposit and called this area the « Flood Pit ». These floods were a sign of a past period that was hot and humid before and during antiquity, which many scientific studies have confirmed. The tropical climate then changed the distribution of vegetation around the Mediterranean, particularly in Africa and the Middle East. From an analysis on pollens, Stéphanie Desprat was able to reconstruct the map of the different ecosystems (Figure VIII.k, reference n ° 40). In northwestern Africa, there were warm temperate forests, while in the north-east it was a semi-desert region. This map obtained by the scientist looks exceptionally to the description of Herodotus in the fourth century BC, with a border between the forest countries in the west and those of the nomads in the east.


Figure VIII.k: Biotope distribution in Europe and North Africa.

In conclusion, there has been a major climate change due to a cooling of 2 ° on the whole planet. This cooling decreased the seas’ evaporation and consequently the ambient humidity of the atmosphere. Rain-rich depressions, which caused monsoon-like seasons similar to those in India, ceased to rise from the ocean to Mesopotamia, causing a hydraulic deficit. This deficit then turned Happy Arabia with its savannah and forests into a desert region. The rivers, one after the other, disappeared from the landscape and, with them, the typical animals of the mysterious kingdom of Punt. The southerly winds, which beat back the sands northward and maintained a precarious balance over the immense dune of Happy Arabia, could no longer resist the north winds and thus prevent the sands’ movement towards the center of the Peninsula.

On the other hand, with the expected global warming, we can ask ourselves if the new climate will not be identical to that of the pharaohs. Future rains may once again green the Sahara and the Arabian Peninsula, but floods and storms will be more severe for some sensitive areas, including Mecca which will be under the Charmutha waterfalls. As for our quest for the mysterious city, the objective of this chapter was to bring historical pieces to validate the theory of a climatic disturbance on the Hejaz region. Thanks to this work, we will now be able to describe Charmutha and its beautiful region.

Charmutha , Becius : Summary :

1 – The old stories of Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2017/07/21/chapiter-i-charmutha-betius-the-quest-for-the-mysterious-city-and-the-vanished-river/

2 – The coastline of Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2017/07/29/chapiter-ii-charmutha-betius-the-quest-for-the-charmothas-coastline/

3 – The old maps of Ptolemy

https://nantt44.wordpress.com/2017/10/10/chapiter-iii-charmutha-becius-the-maps-of-ptolemy/

4 – the Tropic of Cancer

http:// https://nantt44.wordpress.com/2018/01/03/chapiter-iv-charmutha-becius-the-tropic-of-cancer/

5 – Charmutha waterfalls

https://nantt44.wordpress.com/2018/02/20/chapiter-v-charmutha-becius-the-waterfalls-of-charmutha/

6 – Becius, the disapperead river

https://nantt44.wordpress.com/2018/04/24/chapter-vi-charmutha-becius-this-disappeared-river/

7 – The Punt Kingdom and its countries

https://nantt44.wordpress.com/2018/08/27/chapter-vii-charmutha-becius-the-punt-kingdom-and-its-countries/

8 – Arabia Felix and the climatic change

https://nantt44.wordpress.com/2019/02/19/chapter-viii-betius-charmutha-arabia-felix-and-the-climatic-change/

9 – The Quersonnesse of Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2019/02/18/betius-charmutha-charmutha-et-latlantide-deux-victimes-du-changement-climatique/

10 – The Cothone of Charmutha

To following.

11 – The Acropolis of Charmutha

To following.

12 – The divine country

To following.

———————————————-

Bibliographie/Bibliography :

1 – « Les Trois premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien, historiographe grec » de Anthoine Macault en 1541 :

Franch Version / Version d’Antoine Macault

Livre III : http://remacle.org/bloodwolf/historiens/diodore/livre3a.htm

2 – « Géographie de Strabon. » par François Jean Gabriel de L Porte Du Theil en 1819 :

https://books.google.fr/books?id=1ndNAAAAcAAJ&pg=PA187&dq=livre+XVI+strabo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjDysXd9JnUAhVLPRoKHVOUCicQ6AEIIjAA#v=onepage&q=livre%20XVI%20strabo&f=false

Livre XVII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/strabon/livre173.htm

3 – «The Historical Library of Diodorus the Sicilian »

https://books.google.fr/books?id=oysUAAAAYAAJ&pg=PA185&dq=carmutha&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjNr_PrkpDVAhUBzxQKHQaOD2wQ6AEIPjAD#v=onepage&q=carmutha&f=false

4 – Le catalogue du site “Ancien Ports Antiques” :

5 – Photos satellites à partir du site « google-maps.pro » :

http://google-maps.pro/satellite/Jeddah

6 – Topographie de la zone à partir du site « fr-fr.topographic-map.com » :

http://fr-fr.topographic-map.com/places/La-Mecque-4243501/

7 – Anciens témoignages sur les arabes :

https://sourcebooks.fordham.edu/ancient/arabia1.asp

8 – « Cosmographia » de Ptolémée aux alentours du 2ème siècle :

https://archive.org/stream/cosmographia00ptol#page/n109/mode/2up

9 – « Les dieux de l’Égypte : Que sais-je », n°1194

https://books.google.fr/books?id=EbEICwAAQBAJ&pg=PT30&dq=ba+dieux&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjp3_LhoMDWAhWoLMAKHTczA58Q6AEINjAC#v=onepage&q=ba%20dieux&f=false

10 – « Inclinaison de l’axe terrestre » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Inclinaison_de_l%27axe

11 – « La Bible » : Génèse 2, 8-14

http://bible.archeologie.free.fr/jardinperdu.html

12 – « la Mer Rouge » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_Rouge

13 – « le périple de la mer Erythréenne » :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/anonyme/periple1.htm

https://archive.org/details/periplusoferythr00schouoft

14 – « Description de l’Univers, Tome II, Asie Ancienne et Moderne » par Allain Manesson Mallet :

https://archive.org/stream/descriptiondelun00mane_1#page/182/mode/1up

15 – « Le monnayage islamique des origines à l’époque ottomane : éléments historiques » :

http://horizons-d-aton.over-blog.fr/article-17484532.html

16 – Traduction de LOTON par le site Dicolatin.fr :

http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/LOTON/index.htm

17 – « La Bible », deutéronome 14:5 :

http://saintebible.com/lsg/deuteronomy/14.htm

18 – « The shipwrecked sailor again », göttinger miszellen 24, 1977, p.94

19 – « La faune dans la roche » de Hervé Monchot, Charliy Polaikoff, Route de l’Orient, Hors-Serie 2016, p74-93 :

http://www.academia.edu/28933119/La_faune_dans_la_roche_de_l_iconographie_rupestre_aux_restes_osseux_entre_Dûmat_al-Jandal_et_Najrân_Arabie_Saoudite_

20 – « Les papyrus hiératiques de Berlin » de François Joseph Chabas :

https://books.google.fr/books?id=OhZKAAAAcAAJ&pg=PA59&dq=terre+divine+papyrus&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwij5I7rpL7ZAhUE2qQKHdQKC1kQ6AEIJjAC#v=onepage&q=terre%20divine%20papyrus&f=false

21 – « Seagoing Ships & Seamanship in the Bronze Age Levant » de Shelley Wachsmann

https://books.google.fr/books?id=apna4pv7Ks8C&pg=PA19&lpg=PA19&dq=byblos+punt&source=bl&ots=m2t9OHTJjY&sig=4fJaKwFz7xJEsBLAsJMKVovIEQI&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwih5e2TqI3aAhWJcRQKHVd8C-8Q6AEwAXoECAcQAQ#v=onepage&q=byblos%20punt&f=false

22 – « The temple of Deir el Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/templeofdeirelba12egyp

23 – « The XIth dynasty temple at Deir el-Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/xithdynastytempl30navi

24 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

25 – « Ancient Records of Egypt » de J.H. Breasted :

https://archive.org/details/BreastedJ.H.AncientRecordsEgyptAll5Vols1906

26 – « Mysterious lands » de O’Connors :

https://books.google.fr/books?id=tVy4Zsmkw9wC&pg=PA69&lpg=PA69&dq=punt+elephant+ptolemy+soter&source=bl&ots=dQiu4p6GU-&sig=Jy8KtZaVCyfz2JEDA0U3Z9mqNw8&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi-sI2Q3pvaAhXDSBQKHQreBEUQ6AEwDHoECAMQAQ#v=onepage&q=punt%20elephant%20ptolemy%20soter&f=false

25 – « Villa Casale », mosaïque de la Chasse :

https://www.voyagevirtuel.info/italie/page/villa-casale-269.php

26 – « Le rhinoceros est une licorne en égypte » de Nicolas Manlius :

https://www.researchgate.net/publication/284030759_LE_RHINOCEROS_EST_UNE_LICORNE_EN_EGYPTE

27 – « Rhinocéros et la licorne » du magazine Pharaon :

https://www.pharaon-magazine.fr/category/pharaonplus/articles-pharaon-n-14

30 – « La mission en Arabie des pères A. Jaussen et R. Savignac » de Maurice Sartre, 1996 :

https://www.persee.fr/doc/topoi_1161-9473_1996_num_6_2_1675

31 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

32 – « Les voyages de Cyrus » de M. de Ramsay :

Version n°1 : http://misraim3.free.fr/divers/les_voyages_de_cyrus.pdf

Version n°2 : https://books.google.fr/books?id=mGAPAAAAIAAJ&pg=PA76-IA1&dq=cyrus+voyage+badeo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi0mYHZ_7bZAhUDwBQKHTShAIQQ6AEIHDAA#v=onepage&q=cyrus%20voyage%20badeo&f=false

33 – « Meccan Trade and the Rise of Islam » de Patricia Crone

34 – « Early Islamic Qiblas » de Dan R. Gibson :

https://www.academia.edu/33662914/Early_Islamic_Qiblas

35 – « A Pompéi, de la girafe au menu du dernier repas avant l’éruption », de l’AFP, 20minutes.fr :

https://www.20minutes.fr/sciences/1271421-20140108-20140108-pompei-girafe-menu-dernier-repas-avant-leruption

36 – « De la langue latine », Livre IV, de Varron :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/varron/lingua5.htm

37 – « Holocene climatic optimum », wikipedia

https://en.wikipedia.org/wiki/Holocene_climatic_optimum

38 – https://iowaclimate.org/2018/08/19/the-holocene-climate-optimum/

39 – Marcott et al. 2013 in « Reconstructing Quaternary Environments », de J. John Lowe, Michael J.C Walker (page427):

https://books.google.fr/books?id=OEODBAAAQBAJ&pg=PA427&dq=marcott+optimum+holocen&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjcg4_JrJDeAhUoM-wKHTsbBF4Q6AEIMTAB#v=onepage&q=marcott%20optimum%20holocen&f=false

40 – « L’étude du pollen des séquences sédimentaires marines pour la compréhension du climat : l’exemple des périodes chaudes passées » de Stéphanie desprat.

https://journals.openedition.org/quaternaire/8102

La figure est partiellement déduite des travaux de LEVAVASSEUR G., VRAC M., ROCHE D.M. & PAILLARD D., 2012 – Statistical modelling of a new global potential vegetation distribution. Environmental Research Letters7 (4), 044019.

41 – http://digital.library.upenn.edu/women/edwards/pharaohs/pharaohs-8.html

42 – « Histoire » d’Hérodote, Livre IV, Melpomène :

https://mediterranees.net/geographie/herodote/melpomene.html

43 – « Histoire Naturelle », de Pline l’Ancien, Ier siècle après JC :

Livre II : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre2.htm

Livre V : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre5.htm

Livre VIII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre8.htm

Livre XII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre12.htm

44 – « Le lac de Tritonis et les noms anciens du Chott El Jerid », Antiquité africaines, L.24, 1988, p149-204, Jean Peyras et Pol Trousset :

https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1988_num_24_1_1150

45 – « L’emplacement de la mer intérieure d’Afrique », séance du 18 janvier 1884, « Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres »,  Année 1884,  28-1,  pp. 37-48.

https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1884_num_28_1_68953

46 – « Voyage de Skylax en Europe, en Asie et en Lybie », de J.C. Poncelin, 1797 :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/skylax/voyage.htm

47 – « Gégraphie de Pompoponius Mela », de Louis Baudet, 1843 :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/mela/livre1.htm

48 – « Apollonius de Tyane » , de Philostrate, traduit de A. Chassang :

Livre V : http://remacle.org/bloodwolf/roman/philiostrate/apollonius5.htm

Livre VIII : http://remacle.org/bloodwolf/roman/philiostrate/apollonius8.htm

49 – « Histoire de Rome », de Dion Cassius, Livre 43, 7.2 :

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Dion/livre43fr.htm

50 – « Timee », de Platon :

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/timee.htm

51 – « Météorologie », de Aristode :

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/meteorologie2.htm

Publicités

Chapitre IX : Betius, Charmutha : Charmutha et l’Atlantide, deux victimes du changement climatique

Quersonnesse est l’un des mots pour décrire l’entrée de ce port de la Mer Rouge qu’était Charmutha. Mais que pouvait être cette formation géographique si particulière pour Diodore le Sicilien ? Pour y répondre, ce chapitre se concentre sur l’un des mythiques lacs de la Méditerranée, le Triton. Par analogie entre cette lagune et celle de Charmutha, nous pourrons en déduire ce que pouvait être le paysage de la cité arabe et de sa région. Cette similitude sera utile pour redécouvrir le port de mouillage par excellence de la Mer Rouge, un immense étang qui pouvait accueillir deux mille bateaux. Cependant et malgré sa taille, cette lagune ne pouvait pas rivaliser avec l’immense étendue d’eau que représentait le bassin hydraulique qui englobait les lacs Triton, Pallas et Libya. Toute cette région marécageuse pouvait être perçue comme une mer intérieure au sud d’une chaine montagneuse appelée Atlas et celle-ci comme une immense péninsule, qui aurait pu être l’Atlantide de Platon.

Chapitre IX : Betius, Charmutha : Charmutha et son Quersonnesse.

Juste avant d’arriver au port de Charmutha, Diodore le Sicilien décrivit son entrée : «Et plus bas un Quersonnesse où il y a un des meilleurs ports qui se trouve écrite dans toutes les histoires nommés Charmutha, car sous une roche qui regarde droit au soleil couchant, la mer y est non seulement plaisante mais surpassant toutes les autres de bonté et de profit ». « Quersonesse » est équivalent à « Chersonesus » en latin et signifie péninsule, presqu’île ou isthme. Ici, ce mot « brut » apporte une lecture inédite du récit. Quelques exemples de « Quersonesse » ne sont pas inutiles pour analyser le récit du navigateur grec : – les isthmes comme celui d’Alexandrie (Figure IX.a, en haut, à droite) – les presqu’îles comme celles de Gallipoli (Chersonèse de Thrace entre la Marmara et la Méditerranée, Figure IX.a, en haut, à gauche) ou de Chalcidique (Chersonèse chalcidique); – les péninsules comme celles du Danemark (Chersonèse Cimbrique) ou de la Crimée (Chersonèse Taurique, Figure IX.a, en bas).

Figure IX.a : Exemples de différents Chersonesses

Dans cette ancienne traduction, ne pas avoir traduit « Quersonesse » exprime l’incapacité de l’auteur à trouver dans la langue française un mot équivalent. Il avait ressenti une utilisation particulière de ce terme par Diodore. A l’inverse, Ptolémée l’utilisait généreusement. Pour la seule Arabie Heureuse, il décrivit deux « chersonesus » : « Chersonesi extrema » (67° ; 24.33°) le long de la mer Rouge, après le mont Hippos ; et « Chersonesus promotorium » dans le golfe Persique. Pour Ptolémée le géographe, les « chersonesus » pouvaient être des petites presqu’îles. Tandis que Diodore réservait ce mot pour des formations géographiques de tailles conséquentes. Il est donc intéressant de rechercher un exemple équivalent pour savoir ce qu’était pour lui un Quersonesse. Et cet exemple s’appelle Triton, l’un des lacs mythiques de la Méditerranée : « De là, en avançant, ces Amazones soumirent (mirent en subjection) plusieurs nations de Lybie leurs voisines, et d’avantage une très grosse et belle ville au-dessous de l’étang Tritonide, que l’on nomme de sa forme et figure Quersonesse. ».

Le lac Triton, Tritonide ou Tritonis (en latin : pallus Tritonis) est un lac d’eau douce ou saumâtre de la Libye antique (équivalent à l’Afrique d’aujourd’hui) décrit par plusieurs textes de l’Antiquité classique. Dans sa description, Diodore compare ce lac à un Quersonnesse qui n’était pas une bande de terre (presqu’île, isthme, péninsule) mais plutôt un immense étang avec une figure et une forme. La figure exprime un contour du lac qui ressemblerait à un motif géométrique comme un triangle ou un rectangle. Tandis que la forme suggère un lac encastré dans une vallée.

Figure IX.b : Carte du sud de la Méditerranée par Ptolémée

Aujourd’hui la position de Triton fait débat. Généralement, ce lac est situé dans le Chott el-Jérid au sud de la Tunisie, proche de la frontière avec la Lybie actuelle mais sans certitude (référence n°44). Les cartes de Ptolémée (figure IX.b, référence n°8) étant l’un des rares témoignages, notre objectif est de les transformer dans une version réaliste afin de valider ou pas la position supposée et d’en déduire les principales caractéristiques de Triton. L’annexe I présente le modèle mathématique pour réaligner la côte africaine de la Méditerranée. La méthode consiste à définir un centre (ici le volcan Etna) et N références (ici 3 références : Carthage, Gilius mons (Miskah) et Herculis Harenae (Ahqat al Jabbarat)). Elle transforme ensuite les coordonnées dans un repère polaire depuis le centre afin d’appliquer une rotation angulaire (valeur estimée 0,2707) et un déplacement radial (valeur estimée 0,0007889). De ces nouvelles coordonnées polaires, elle restitue une estimation pour les latitudes et longitudes des cités (voir Annexe II).

Figure IX.c : Représentation de la côté calculée à partir des données de Ptolémée

La figure IX.c présente la côte actuelle entre Tripoli et Tunis (courbe verte) avec les positions estimées des sites rapportés par Ptolémée (courbe jaune). Côté ouest, juste aux alentours de Carthage et de Tunis, les rivages se confondent, ce qui n’est pas une surprise puisque c’est l’une des références. A l’Est, Tripolis se trouve être légèrement au-dessous de la côte ré-estimée de Ptolémée avec une erreur de 0,5° sur la latitude. Un peu plus au nord, Melite (38,75° ; 34,66°), au sud de la Sicile, s’avère être proche de Malte, avec cette fois-ci une erreur de 0,5° sur la longitude. Globalement tous ces résultats obtenus par notre modèle peuvent être considérés comme corrects à 0,5° et donc exploitables pour une étude approfondie de la région en question.

Figure IX.d : carte du Sud de la Tunisie

A partir de notre carte redessinée, nous pouvons constater que l’embouchure du fleuve Tritonis (en violet) se situerait dans la Méditerranée. Ce serait, d’ailleurs, toute la côte (points jaunes) qui se trouverait dans les flots. Plus en amont, le point d’entrée du fleuve dans Triton est parfaitement connu puisque Ptolémée le plaçait à 30,83° de latitude et 38,66° de longitude. Quant à la taille de cette lagune, Skylax de Caryandra apporte une information supplémentaire, celle d’une distance de 1.000 stades (approximativement 185 km), ce qui fait 2° de longitude. En appliquant ce delta, le point le plus à l’ouest de Triton serait alors la ville de Gabès (tiret double violet sur la figure IX.c). Nous pouvons en déduire que ce lac était dans les eaux de la Méditerranée et, plus précisément, le long des côtes entre Tripoli et Gabès, au cœur du golfe de la petite syrte. Cette position dans la mer n’est pas inédite puisque de nombreuses spécialistes l’ont déjà proposée (référence n°45). Quant à Pallas et Lybia, les deux lacs secondaires en amont de Triton, ils étaient plutôt à l’intérieur des terres. La carte du Chott el-Jérid (Google.com, figure IX.d) révèle, en cet endroit, la présence de deux cuvettes (zone en bleu) qui pourraient être les derniers vestiges de ces étangs. Notre modèle présente, ici, une limite puisque l’unique passage de la mer vers l’intérieur est à l’ouest, en aval de Gabès, et non pas au sud et que l’alignement des lacs serait Est-Ouest et non pas Nord-Sud.

A partir de notre modèle mathématique, la principale remarque est la position de Triton qui serait en pleine mer dans les eaux de la Méditerranée. Et ce résultat assez surprenant pourrait suggérer un événement passé qui fut catastrophique et de grande ampleur : l’érosion des côtes africaines par des courants maritimes. Une simple énumération des îles disparues ne permet pas de douter de ce phénomène. Cette longue liste se déduit par une comparaison entre les îles d’aujourd’hui et celles rapportées par Ptolémée. Et pour cela, il est nécessaire de les regrouper en quatre grandes familles :

  • Un premier groupe (en bleu sur la figure IX.c) avec 5 îles proches de la Sicile et de latitude 34° : Melite (Malte; 38,75° ; 34,66°) avec sa presqu’île (38,66° ; 34,75°) et ses deux îlots sacrés Iunonis templum (39° ; 34,66°) et Herculis templum (38,75° ; 34,08°). A l’ouest, il y a Linosa à 1,5° de Malte et Glauconis son équivalent sous Ptolémée à 1,42° de Melite. Un peu plus loin, au sud-ouest, il y a Corsira qui serait aujourd’hui Lampedusa.
  • Un deuxième groupe aligné le long des côtes au nord de la Tunisie actuelle et avec pour latitude 33° : La dernière de ces îles est la double Larunesiae (37° ; 33,5°) et correspondrait à Pantelleria.
  • Un troisième groupe (en rouge sur la figure IX.c) de 4 îles alignées avec pour longitude 39° : lopadusa (39° ; 33,33°), AEthusa (39,5° ; 33,33°), Cercinna (39° ; 32,25°) et Gerrapolis (39° ; 31,25°). A cette liste, il faut rajouter la pointe sur le continent Zetha extrema (40,66° ; 31,66°) et sûrement Herculis templum (38,75° ; 34,08°).
  • Un quatrième et dernier groupe (en gris sur la figure IX.c) : Misynus (44,66° ; 30,66°), Pontia (45,66° ; 30,25°), Gaia (46° ; 29,66°) avec la pointe sur le continent Hippi extrema (46° ; 29°)

Aujourd’hui, de toutes ces îles, Il ne reste plus que Malte, Linosa, Lampedusa et Pantelleria dans le détroit de Carthage et Zembra et Galite au-delà. Ces îles sont moins nombreuses que celles rapportées par Ptolémée. Celles-ci, représentées par des points rouges, font ressortir le contour d’une ancienne péninsule (tirets bleus) qui sépara les deux golfes de Syrte. Ce groupe d’îles à l’intérieur du golfe n’existe plus, ce qui permet de valider l’existence d’une érosion le long du pourtour méditerranéen. Autres effets de cette érosion, de l’autre côté du détroit, la Sicile qui était une presqu’île devint une vraie île (voir la Figure IX.e en haut; Pline l’Ancien, référence n°43, « Histoire Naturelle », Livre II, XC,). Deux autres îles de la Méditerranée subirent le même sort : Chypre qui fut reliée à la Syrie antique (voir la figure IX.e, en bas à gauche) et Eubée à la Béotie (voir la figure IX.e, en bas à droite).

Figure IX.e : Les récentes îles de Méditerranée selon Pline l’Ancien

Normalement un modèle mathématique n’a pas vocation à apporter des preuves mais plutôt d’aider à l’analyse d’un problème. Et ici, il fait ressortir deux observations importantes sur Triton : primo, sa longitude est identique à celle de Malte, ce qui positionne l’embouchure au sud de cette île ; secundo, ce lac allait de Tripolis jusqu’à la ville de Gabès. Ces résultats obtenus doivent être vérifiés par une réflexion approfondie des textes anciens. Et, par chance, nous avons de nombreux récits qui décrivent ce mystérieux lac, plus ou moins précisément, avec les peuples qui vivaient aux alentours de cette région. Le premier témoignage, d’entre eux, celui de Diodore le Sicilien (Livre III, référence n°1), rapporte les exploits des Amazones :

« Selon la tradition, les Amazones demeuraient sur une île, nommée Hesperie parce qu’elle est au soleil couchant, et aussi Tritonie parce qu’elle était sur l’étang qu’on appelle Tritonide, du nom du fleuve qui entre dedans assez près de l’Océan, ce lac étant sur les confins et limites de l’Ethyopie d’un côté et de l’autre rejoignant une montagne que les Grecs nommèrent anciennement Atlas, la plus grande de toutes celles du pays d’Hesperie et de Lybie comme celle qui s’étend jusqu’à la grande mer océane. Cette île est très grande et très abondante en toutes sortes et d’espèce de fruits, dont les habitants se nourrissent et en vivent. Et aussi il y a plein de troupeaux de brebis et d’autres bétails, du lait et de la chair dont ils se sustentent ordinairement. Quant aux froments et autres grains, ils n’en ont point, mais leur usage en est totalement inconnu. Ces Amazones puissantes de corps et convoiteuses de guerre prirent par force toutes les villages de l’île, excepté un que l’on estime sacré nommé Menes, auquel habitaient lors aucuns Ethiopiens Ichthyophages. En cette île sont grandes les chaleurs, et parce qu’il y a plusieurs pierres précieuses, desquels les Grecs en nommèrent les unes escarboucles, les autres sardoines et les autres émeraudes. De là, en avant, ces Amazones mirent en subjection plusieurs nations de Lybie leurs voisines. Et davantage une très grosse et belle ville au-dessous (en aval) de l’étang Tritonide que l’on nomme de sa forme et figure quersonesse ; Et partant de là, elles parcoururent plusieurs et diverses parties du monde, mais les premiers assailis furent les Atlantides, gens entre tous ceux de la contrée plus civilisés et plus humains, lesquels habitaient un pays fertile et heureux, y tenaient maintes bonnes villes. Et de ceux-ci ditons que les dieux sont descendus, ainsi que les Grecs ont écrits qu’ils sont procédé (issus) de l’océan, dont nous parlerons après.»

Le deuxième récit est celui d’Hérodote (référence n°42), un géographe grec du IVème siècle avant JC, qui décrivit la côte africaine de la Méditerranée et en particulier Triton. Le lac est mentionné dans l’histoire de Jason et de son échouement sur les bas-fonds. Hérodote décrivit, ensuite, les peuples qui vivaient aux alentours. Voici ses principaux extraits sur Tritonis :

CLXXVIII. … Les Machlyes s’étendent jusqu’au Triton, fleuve considérable qui se jette dans un grand lac nommé Tritonis, où l’on voit l’île de Phla. …

CLXXIX. Quand Jason eut fait construire, au pied du mont Pélion, le navire Argo, et qu’il y eut embarqué une hécatombe avec un trépied d’airain, il se mit en mer… et il se trouva dans les bas-fonds du lac Tritonis avant que d’avoir découvert la terre. …

CLXXX. Immédiatement après les Machlyes, on trouve les Auséens. Ces deux nations habitent autour du lac Tritonis ; mais elles sont séparées par le fleuve Triton. …

CLXXXVI. Tout le pays qui s’étend depuis l’Egypte jusqu’au lac Tritonis est habité par des Libyens nomades, qui vivent de chair et de lait. …

CLXXXVII. Les peuples à l’occident du lac Tritonis ne sont point nomades ; ils n’ont point les mêmes usages, et ne font pas à leurs enfants ce qu’observent, à l’égard des leurs, les Libyens nomades. …

CXCI. A l’ouest du fleuve Triton, les Libyens laboureurs touchent aux Auséens ; ils ont des maisons, et se nomment Maxyes. … ; car la partie de la Libye orientale qu’habitent les nomades est basse et sablonneuse jusqu’au fleuve Triton. Mais depuis ce fleuve, en allant vers le couchant, le pays occupé par les laboureurs est très montagneux, couvert de bois et plein de bêtes sauvages. …

Le troisième récit est le périple de Skylax de Caryanda (référence n°46). Au IVème siècle avant JC, le navigateur phénicien parcourut le monde connu pour le compte du roi perse Darius Nothus. Il voyagea, en particulier, le long des côtes méditerranéennes et donna une description de cette mer et de ses peuples. Sa description de Triton nous apporte des remarques intéressantes. Voici ce qu’en disait Skylax de Tritonis :

« … A une journée et demie de navigation est Thapsos la petite (île), sise dans le golfe Tritonites, où est aussi le petit golfe Syrtis, appelé Cercinnitique, où la navigation est beaucoup plus dangereuse et difficile que dans l’autre Syrtis. La petite Syrtis a deux mille stades de diamètre. Là est l’île Tritonos; à l’embouchure du fleuve du même nom est le temple de Minerve Tritonienne. L’ouverture de ce golfe est très petite, et il s’y forme une île lorsque la mer se retire. Ses bas-fonds sont tels qu’à la haute marée même, les vaisseaux ne peuvent en approcher. Le lac que forment ici les eaux de la mer, est très grand. Son diamètre est d’environ mille stades. Ses côtes sont entièrement habitées par des Libyens, dont la ville capitale est au couchant. Tous ces Lybiens sont beaux hommes, de couleur blonde, et sans parure artificielle. Le pays qu’ils habitent est très riche et très fécond. Ils ont de nombreux troupeaux, d’une espèce très belle. Aussi, sont-ils aussi opulents qu’ils sont remarquables par la richesse de leur taille. » 

Tous ces témoignages permettent, d’abord, de positionner le lac Triton entre les deux golfes de Syrte ou à l’intérieur même de la petite Syrte, cette incertitude étant rappelée par Pline l’Ancien (Pline l’Ancien, référence n°43, Livre V, VI.3). Skylax et Hérodote rapportent, en plus, en ce lieu, un phénomène exceptionnel dans la Méditerranée puisqu’il s’agit d’une marée souvent appelée « flux et reflux » par les Anciens (Strabon, Livre XVII, Chapitre III, de 16 à 20, référence n°2 ; « Description de la Terre », Livre I, Mela Pomponius, référence n°47 ; « Apollonius de Tyane», Livre V.2, référence n°48). Normalement, dans cette mer, il n’en existe pas sauf dans le golfe de Gabès. Et ici, le marnage (différence de hauteur entre la haute et basse marée) peut y atteindre 2 mètres. Ce serait donc le seul et unique endroit qui pourrait expliquer à la fois l’échouage du bateau des argonautes (Hérodote) et le recouvrement des terres par la mer (Skylax).

Figure IX.f : Evolution de la température depuis 10.000 ans

Deuxième remarque, au IVème siècle, selon les récits de Skylax et d’Hérodote, Triton était plutôt un golfe ouvert puisqu’il était soumis à la marée. Plus tard, au Ier siècle, ce lac devint une lagune fermée avec un accès à la mer via un fleuve (Ptolémée, référence n°8). L’isthme fut alors assez stable pour qu’une nouvelle ville Tacapa puisse y être bâtie. Quant à l’île de Thapsos décrite par Skylax, elle devint une ville côtière (Strabon, Géographie, XVII.3.16 ; Ptolémée, référence n°8 ; Diodore le Sicilien, référence n°1, Tome 3, Livre XX.17). Elle était, à ce moment-là, située sur une bande de terre étroite et marécageuse, avec la mer qui s’étendait d’un côté et un lac de l’autre (Dion Cassius, référence n°49, Livre XLIII, 7.2). Cette évolution de la côte nous suggère un phénomène d’envasement qui se produisit du IVème siècle au Ier siècle, puis après recul de la côte. Deux actions opposées peuvent expliquer cet équilibre précaire : une sédimentation d’alluvion par le fleuve Tritonis et une érosion de la mer. Au déplacement des côtes lybiennes, il faut l’associer à la température du globe terrestre pendant l’holocène (figure IX.f) puisqu’il existe une causalité entre cette donnée et l’existence ou pas du lac Triton. Un climat chaud et humide favorise l’hydrométrie de cette région et les dépôts d’alluvion par les cours d’eau tandis qu’un climat aride assèche les rivières et favorise l’érosion de la côte. Au IIème siècle avant JC, juste avant l’optimum climatique romain, Posidonius avait constaté une nette diminution des pluies et, avec elle, un envasement des lacs qui devinrent alors des marais  (Strabon, Livre XVII, Chapitre III.10, référence n°2). Au Ier siècle avant JC, au maximum de cet optimum, la pluviométrie fut de nouveau importante et de nombreux lacs (Zuchis, …) se formèrent le long du rivage (Strabon, Livre XVII, Chapitre III.18, référence n°2) qui disparurent ensuite des cartes de Ptolémée (référence n°8).

Troisième et dernière remarque, au large de la côte africaine, le chapelet des îles (avec le promontoire) ressemble à une péninsule dont la pointe est l’île sacré d’Hercule. En remontant dans le passé, Strabon rapporta deux îles aux deux pointes extrêmes du golfe de la petite Syrte : Cercinna et Cercinnitis, cette dernière ayant disparu (Livre XVII, Chapitre 3.16). Puis, quatre siècles plus tôt, Skylax énuméra quatre îles (voir courbe marron, figure IX.c) qui se suivaient le long de la côte : Brachion longue de 300 stades (55 km ; 0,6° de longitude), une autre déserte en face d’Epichon, Cercinnitis et enfin Thapsos. L’île de Brachion, la première d’entre elles, était à l’une des embouchures du golfe de la Grande Syrte, celle qui permettait de passer directement d’un golfe à l’autre. Son passage devait être étroit puisqu’il faisait 300 stades (55 km ; 0,5° de la latitude) et pouvait ressembler à un bras de mer (Brakion en grec signifie bras). Grâce à ce témoignage, nous pouvons positionner cette île sur une carte (33,9° ; 13,35°) puisque la distance Graphara/Brakion est le double de celle Graphara/Neapolis. Ces îles alignées Est/Ouest depuis Brakion, en face de la Lybie, auraient pu être les restes d’une ancienne côte. D’un point de vue plus large, la disparition de toutes ces îles entre les deux golfes de Syrte nous suggère l’érosion progressive d’une immense péninsule.

Figure IX.g : Carte bathymétrie de la Méditerranée

La sédimentation des fleuves et l’érosion par la mer, ces deux actions opposées, ne permettent pas, à elles seules, d’engendrer une telle fluctuation de la côte africaine. Il existe au moins deux autres causes. La première est, d’abord, un plateau continental peu profond et bien visible sur les cartes barymétrie (profondeur de la mer) entre la Tunisie, la Lybie et la Sicile avec quelques failles profondes (voir figure IX.g). Ce plateau sépare la méditerranée en deux bassins et révèle un ancien détroit beaucoup plus restreint, un peu comme celui du Bosphore entre la Mer Noire et la Méditerranée. Autre phénomène, l’eustasie ou plutôt la remontée des mers de l’ordre de 25 mètres sur l’Holocène aurait pu amplifier l’érosion de la côte. Les photos satellitaires des îles (pour exemple l’îlot au sud de malte, figure IX.h) suggèrent un ancien plateau dont les derniers restes sont Maltes, Lampedusa et Linosa.

Figure IX.h : Photo satellite de Fifla, un îlot au sud de Malte

L’équilibre précaire entre sédimentation, eustasie et érosion pourrait expliquer plusieurs mythes de l’histoire grecque et romaine dont celui de l’Atlantide. Ce royaume est resté célèbre dans nos mémoires parce qu’il a sombré sous les flots de la mer. S’il avait existé, il serait alors sur un plateau continental peu profond et assez vaste. Et la seule zone maritime qui puisse respecter cette particularité est, à mon avis, le golfe de Gadès. Cette position surprenante n’est pas illogiquement puisqu’elle permettrait d’apporter les réponses à toutes les incohérences constatées dans les anciens récits. Avec une telle hypothèse, le mystérieux royaume serait juste au-delà de l’île sacrée d’Heraklès (Sacrum Herculum (38,78° ; 34,08°)) et de ses colonnes d’airain à la gloire d’Hercule le Grec et d’Hercule l’Egyptien, au-delà des terres par excellence d’Hercule (Herculis Harenae (48,66° ; 29°)) et de sa tour (Herculum Turris (47,33° ; 30,5°)). Il serait assez près de Triton, pour expliquer une attaque des amazones peu de temps après avoir soumis les riverains de ce lac mythique (Diodore le Sicilien, référence n°2). Le nom en lui-même de Gabès est intriguant puisqu’il est à la fois une ville de Tunisie au cœur du golfe et l’ancien nom de Cadix (« Apollonius de Tyane», Livre V.2, référence n°48). Gadès serait un ancien mot punique qui signifierait « mur » ou « falaise » et dont le concept est proche des colonnes. Quant à la marée, sa présence dans le golfe aurait pu être perçue comme le signe d’une porte ouverte vers l’Océan via le lac Triton. Autre point, le lac et sa zone marécageuse, en plus de Pallas et Lybia, aurait pu donner l’illusion d’un Océan peu profonde et boueux : «l’île Atlantide disparut sous la mer; aussi depuis ce temps la mer est-elle devenue inaccessible et a-t-elle cessé d’être navigable par la quantité de  limon que l’île abîmée a laissé à sa place.» (Platon, Timée, référence n°50) ; «Au contraire, les parties qui sont en dehors des Colonnes sont peu profondes à cause de la boue qui s’y rassemble, et le vent n’y souffle pas, sans doute parce que la mer y est comme dans un fond. » (Aristode, Météorologie, Livre II.14, référence n°51). Entourée d’eau au Sud, à l’Est et au Nord, le massif des Atlas qui allait du Maroc jusqu’à la Tunisie était alors une péninsule. Et celle-ci aurait pu être perçue comme une immense île puisqu’elle englobait toutes les terres habitables. Avec toutes ces remarques, l’érosion des côtes africaines devient une hypothèse crédible pour expliquer la disparition de L’Atlantide…

Malgré l’intérêt pour ce royaume, celui-ci n’était pas l’objectif de notre étude sur Triton. Nous voulions, au départ, répertorier les principales caractéristiques de ce lac pour les appliquer ensuite à la lagune de Charmutha. Et l’une d’entre elles est d’abord une taille importante pour que l’étang puisse être considéré comme une mer intérieure (1.000 stades selon Skylax). Une autre est la présence d’un isthme qui séparait le lac de la mer et d’un chenal qui reliait Triton à la Méditerranée via le fleuve Tritonis, ce qui permettaient aux bateaux de remonter ce chenal pour accéder à la lagune. Dernière remarque, Triton était encastré aux flans de deux collines perpendiculaires entre elles, ce qui pouvait lui donner une forme triangulaire.

Attention, l’un des points faibles de notre étude est l’hypothèse d’une analogie entre Charmutha et Triton. Quersonesse ne signifie pas forcément isthme mais aussi presqu’île. Et la traduction de Diodore au sujet de Triton n’est pas unanime. Cette analogie est-elle réellement pertinente ou pas? Il s’avère qu’une double remarque de Diodore apporte une validation supplémentaire pour cette lagune, et surtout pour sa taille : « Et ici (si) est davantage (fort) peuplé de toutes sortes de poisson, lesquels y affluent de la grande mer, tant pour l’appât, que (comme) pour la douceur des eaux qui y descendent ». La première remarque est la définition d’une grande mer, ce qui sous-entend l’existence d’une petite à l’intérieure des terres. La deuxième remarque est la description de la richesse naturelle de cette lagune. En cet endroit, de nombreux poissons remontaient le fleuve pour profiter de la nourriture présente en grande quantité dans cette mer intérieure. L’une des caractéristiques des lagunes est leur biodiversité puisque les fleuves apportent des alluvions propices à l’écosystème. A partir du témoignage de Diodore le Sicilien, nous pouvons dire qu’il y a assez d’éléments pour affirmer l’existence d’un immense étang, un étang si grand qu’il pouvait être considéré comme une mer intérieure. Mais les écrits sur Charmutha sont peu nombreux et nous n’avons, hélas, que ce témoignage. Seule une étude topographique permettra de confirmer l’existence de cette lagune.

Figure IX.i : Photo satellite de Djeddha

Du mystérieux étang de la mer Rouge, la seule et unique certitude est le chenal qui ne peut être que l’embouchure du fleuve Betius et par lequel les navigateurs remontaient le cours pour accéder au port. A côté de ce corridor, nous nous attendons à avoir un isthme qui séparait le lac de la mer Rouge. Il s’avère qu’au sud de Thebe (aujourd’hui Djeddha), il y a une rupture de la côte avec une petite avancée de la terre vers la mer (voir figure IX.i). Logiquement, cette plage qui va de Djeddha jusqu’à Almojermah serait les restes de cet isthme, ou plutôt d’une dune de sable qui fut la frontière naturelle de cette lagune, juste en amont de la mer. A l’Est de cette bande de terre (voir figure IX.j), nous pouvons noter une zone plate, triangulaire et surtout encastrée par des collines. Cette plaine ne peut être que l’ancien Quersonesse de Charmutha. En étudiant de plus près cette région, les photos satellitaires révèlent la présence d’une oasis à l’ouest de Waly Ad Ahd (voir figure IX.j). Et celle-ci n’est pas un couloir de verdure telle que nous avons pu observer le long des wadis mais plutôt une zone verdoyante qui dévoile un bassin hydraulique souterrain et rempli d’eau. Cet oasis pourrait être les derniers restes de l’immense lac, celui que Diodore appelait Quersonesse. Comme les collines aux alentours forment un triangle avec pour base 34,7 km et pour hauteur 78 km, le mystérieux lac aurait pu faire approximativement 1350 km2 (la moitié du produit de la hauteur par la base), une superficie assez proche de celle de Triton et qui serait assez grande pour accueillir 2.000 bateaux dans ce port de mouillage.

Figure IX.j : Photo satellite au Sud de Djeddha et à l’Ouest de la Mecque
Figure IX.k : Représentation du fleuve Betius (en mauve) et de la lagune de Charmutha (en bleu)

En conclusion, le port de Charmutha était bien placé puisqu’il était d’abord à l’intérieur d’une immense lagune à l’abri des intempéries. Comme à Gherra sur la mer Persique (Strabon, référence 2), les grands bateaux destinés à voguer en pleine mer et en provenance des terres lointaines pouvaient ici transvaser leurs marchandises sur des embarcations plus petites et plus pratiques pour remonter le Nil ou d’autres fleuves. L’autre avantage de ce port était sa position, celle d’être au centre de la Péninsule Arabique appelée aussi pays de Pount par les égyptiens et donc de recevoir les riches produits de ce pays (bois, pierres, parfum,…). Cette région de Charmutha, au pied du Hedjaz, était à l’époque des pharaons un immense marécage soumis aux inondations du Betius et des lacs d’altitude (voir « Les cascades de Charmutha »). Puis, après cette première phase chaude de l’Holocène, il y eu un refroidissement climatique qui provoqua aridification de la Péninsule Arabique et asséchement de cette petite mer intérieure. Aujourd’hui nous assistons à un réchauffement. Ce nouvel optimum climatique, risque-t-il de réactiver les fleuves et les rivières ? Et si oui, la Mecque, au cœur de ce marécage, pourra-t-elle résister face à la puissance destructrice de l’eau ? Notre réflexion sur Charmutha pose des questions d’actualité mais notre quête n’est pas finie. Le chapitre suivant proposera de situer l’antique port dans cet immense lac en bordure de mer. Des fouilles archéologiques devront valider ou pas cette découverte, celle d’une des plus grandes cités du monde antique.

Nota Bene : Le 17 Janvier 2018, Macron et cie ont décidé de rejeter l’aéroport de NDDL au nom de l’écologie. Mais est-ce l’écologie que de massacrer des innocents puisque le bruit des avions augmentent la mortalité dans le couloir de la mort ? Est-ce aussi l’écologie que de détruire la 2ème réserve naturelle de France puisque les avions passeront à 200 mètres au-dessus du lac ? Est-ce aussi l’écologie que de détruire un millier d’hectare puisque les nouveaux habitants seront obligés d’acheter des maisons dans la 3ème ou 4ème couronne de Nantes ? En réalité Macron et cie n’écoute ni les écologistes, ni les démocrates mais les adeptes d’une secte… Mais laquelle ?

Bibliographie/Bibliography :

1 – « Les Trois premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien, historiographe grec » de Anthoine Macault en 1541 :

Franch Version / Version d’Antoine Macault

Livre III : http://remacle.org/bloodwolf/historiens/diodore/livre3a.htm

2 – « Géographie de Strabon. » par François Jean Gabriel de L Porte Du Theil en 1819 :

https://books.google.fr/books?id=1ndNAAAAcAAJ&pg=PA187&dq=livre+XVI+strabo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjDysXd9JnUAhVLPRoKHVOUCicQ6AEIIjAA#v=onepage&q=livre%20XVI%20strabo&f=false

Livre XVII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/strabon/livre173.htm

3 – «The Historical Library of Diodorus the Sicilian »

https://books.google.fr/books?id=oysUAAAAYAAJ&pg=PA185&dq=carmutha&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjNr_PrkpDVAhUBzxQKHQaOD2wQ6AEIPjAD#v=onepage&q=carmutha&f=false

4 – Le catalogue du site “Ancien Ports Antiques” :

5 – Photos satellites à partir du site « google-maps.pro » :

http://google-maps.pro/satellite/Jeddah

6 – Topographie de la zone à partir du site « fr-fr.topographic-map.com » :

http://fr-fr.topographic-map.com/places/La-Mecque-4243501/

7 – Anciens témoignages sur les arabes :

https://sourcebooks.fordham.edu/ancient/arabia1.asp

8 – « Cosmographia » de Ptolémée aux alentours du 2ème siècle :

https://archive.org/stream/cosmographia00ptol#page/n109/mode/2up

9 – « Les dieux de l’Égypte : Que sais-je », n°1194

https://books.google.fr/books?id=EbEICwAAQBAJ&pg=PT30&dq=ba+dieux&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjp3_LhoMDWAhWoLMAKHTczA58Q6AEINjAC#v=onepage&q=ba%20dieux&f=false

10 – « Inclinaison de l’axe terrestre » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Inclinaison_de_l%27axe

11 – « La Bible » : Génèse 2, 8-14

http://bible.archeologie.free.fr/jardinperdu.html

12 – « la Mer Rouge » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_Rouge

13 – « le périple de la mer Erythréenne » :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/anonyme/periple1.htm

https://archive.org/details/periplusoferythr00schouoft

14 – « Description de l’Univers, Tome II, Asie Ancienne et Moderne » par Allain Manesson Mallet :

https://archive.org/stream/descriptiondelun00mane_1#page/182/mode/1up

15 – « Le monnayage islamique des origines à l’époque ottomane : éléments historiques » :

http://horizons-d-aton.over-blog.fr/article-17484532.html

16 – Traduction de LOTON par le site Dicolatin.fr :

http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/LOTON/index.htm

17 – « La Bible », deutéronome 14:5 :

http://saintebible.com/lsg/deuteronomy/14.htm

18 – « The shipwrecked sailor again », göttinger miszellen 24, 1977, p.94

19 – « La faune dans la roche » de Hervé Monchot, Charliy Polaikoff, Route de l’Orient, Hors-Serie 2016, p74-93 :

http://www.academia.edu/28933119/La_faune_dans_la_roche_de_l_iconographie_rupestre_aux_restes_osseux_entre_Dûmat_al-Jandal_et_Najrân_Arabie_Saoudite_

20 – « Les papyrus hiératiques de Berlin » de François Joseph Chabas :

https://books.google.fr/books?id=OhZKAAAAcAAJ&pg=PA59&dq=terre+divine+papyrus&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwij5I7rpL7ZAhUE2qQKHdQKC1kQ6AEIJjAC#v=onepage&q=terre%20divine%20papyrus&f=false

21 – « Seagoing Ships & Seamanship in the Bronze Age Levant » de Shelley Wachsmann

https://books.google.fr/books?id=apna4pv7Ks8C&pg=PA19&lpg=PA19&dq=byblos+punt&source=bl&ots=m2t9OHTJjY&sig=4fJaKwFz7xJEsBLAsJMKVovIEQI&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwih5e2TqI3aAhWJcRQKHVd8C-8Q6AEwAXoECAcQAQ#v=onepage&q=byblos%20punt&f=false

22 – « The temple of Deir el Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/templeofdeirelba12egyp

23 – « The XIth dynasty temple at Deir el-Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/xithdynastytempl30navi

24 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

25 – « Ancient Records of Egypt » de J.H. Breasted :

https://archive.org/details/BreastedJ.H.AncientRecordsEgyptAll5Vols1906

26 – « Mysterious lands » de O’Connors :

https://books.google.fr/books?id=tVy4Zsmkw9wC&pg=PA69&lpg=PA69&dq=punt+elephant+ptolemy+soter&source=bl&ots=dQiu4p6GU-&sig=Jy8KtZaVCyfz2JEDA0U3Z9mqNw8&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi-sI2Q3pvaAhXDSBQKHQreBEUQ6AEwDHoECAMQAQ#v=onepage&q=punt%20elephant%20ptolemy%20soter&f=false

25 – « Villa Casale », mosaïque de la Chasse :

https://www.voyagevirtuel.info/italie/page/villa-casale-269.php

26 – « Le rhinoceros est une licorne en égypte » de Nicolas Manlius :

https://www.researchgate.net/publication/284030759_LE_RHINOCEROS_EST_UNE_LICORNE_EN_EGYPTE

27 – « Rhinocéros et la licorne » du magazine Pharaon :

https://www.pharaon-magazine.fr/category/pharaonplus/articles-pharaon-n-14

30 – « La mission en Arabie des pères A. Jaussen et R. Savignac » de Maurice Sartre, 1996 :

https://www.persee.fr/doc/topoi_1161-9473_1996_num_6_2_1675

31 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

32 – « Les voyages de Cyrus » de M. de Ramsay :

Version n°1 : http://misraim3.free.fr/divers/les_voyages_de_cyrus.pdf

Version n°2 : https://books.google.fr/books?id=mGAPAAAAIAAJ&pg=PA76-IA1&dq=cyrus+voyage+badeo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi0mYHZ_7bZAhUDwBQKHTShAIQQ6AEIHDAA#v=onepage&q=cyrus%20voyage%20badeo&f=false

33 – « Meccan Trade and the Rise of Islam » de Patricia Crone

34 – « Early Islamic Qiblas » de Dan R. Gibson :

https://www.academia.edu/33662914/Early_Islamic_Qiblas

35 – « A Pompéi, de la girafe au menu du dernier repas avant l’éruption », de l’AFP, 20minutes.fr :

https://www.20minutes.fr/sciences/1271421-20140108-20140108-pompei-girafe-menu-dernier-repas-avant-leruption

36 – « De la langue latine », Livre IV, de Varron :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/varron/lingua5.htm

37 – « Holocene climatic optimum », wikipedia

https://en.wikipedia.org/wiki/Holocene_climatic_optimum

38 – https://iowaclimate.org/2018/08/19/the-holocene-climate-optimum/

39 – Marcott et al. 2013 in « Reconstructing Quaternary Environments », de J. John Lowe, Michael J.C Walker (page427):

https://books.google.fr/books?id=OEODBAAAQBAJ&pg=PA427&dq=marcott+optimum+holocen&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjcg4_JrJDeAhUoM-wKHTsbBF4Q6AEIMTAB#v=onepage&q=marcott%20optimum%20holocen&f=false

40 – « L’étude du pollen des séquences sédimentaires marines pour la compréhension du climat : l’exemple des périodes chaudes passées » de Stéphanie desprat.

https://journals.openedition.org/quaternaire/8102

La figure est partiellement déduite des travaux de LEVAVASSEUR G., VRAC M., ROCHE D.M. & PAILLARD D., 2012 – Statistical modelling of a new global potential vegetation distribution. Environmental Research Letters7 (4), 044019.

41 – http://digital.library.upenn.edu/women/edwards/pharaohs/pharaohs-8.html

42 – « Histoire » d’Hérodote, Livre IV, Melpomène :

https://mediterranees.net/geographie/herodote/melpomene.html

43 – « Histoire Naturelle », de Pline l’Ancien, Ier siècle après JC :

Livre II : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre2.htm

Livre V : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre5.htm

Livre VIII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre8.htm

Livre XII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre12.htm

44 – « Le lac de Tritonis et les noms anciens du Chott El Jerid », Antiquité africaines, L.24, 1988, p149-204, Jean Peyras et Pol Trousset :

https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1988_num_24_1_1150

45 – « L’emplacement de la mer intérieure d’Afrique », séance du 18 janvier 1884, « Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres »,  Année 1884,  28-1,  pp. 37-48.

https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1884_num_28_1_68953

46 – « Voyage de Skylax en Europe, en Asie et en Lybie », de J.C. Poncelin, 1797 :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/skylax/voyage.htm

47 – « Gégraphie de Pompoponius Mela », de Louis Baudet, 1843 :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/mela/livre1.htm

48 – « Apollonius de Tyane » , de Philostrate, traduit de A. Chassang :

Livre V : http://remacle.org/bloodwolf/roman/philiostrate/apollonius5.htm

Livre VIII : http://remacle.org/bloodwolf/roman/philiostrate/apollonius8.htm

49 – « Histoire de Rome », de Dion Cassius, Livre 43, 7.2 :

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Dion/livre43fr.htm

50 – « Timee », de Platon :

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/timee.htm

51 – « Météorologie », de Aristode :

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/meteorologie2.htm

ANNEXE I : Modèle mathématique pour une transformation de la carte Ptolémée

Objectif de la transformation : A partir de N références parfaitement définies dans le repère de Ptolémée (en fonction de la tolérance des erreurs), ce modèle mathématique permet de transformer une ancienne carte au format GPS actuel.

Définition des références pour la transformation : Les références pour ce modèle mathématique doivent être basées sur des points indiscutables :

  • les cités parfaitement définies comme Petra, Byblos, Carthage
  • les promontoires rencontrés le long des côtes
  • les sommets des grandes montagnes, dont les coordonnées ont été rajoutées après les villes côtières par Ptolémée.

Pour notre transformation de l’Afrique mineure, les références choisies seront : Carthage, Gilius mons (Miskah) et Herculis Harenae (Ahqat al Jabbarat).

Définition du Centre de la transformation : La côte de l’Afrique mineure (Est de l’Algérie, Tunisie, et Ouest de la Lybie) ressemble un cercle centré sur la Sicile. L’Etna sera pris comme le centre de cette transformation (le point s’appellera C).

Détermination des coordonnées classiques :

Dans le repère de Ptolémée, les coordonnées d’un point M seront définies comme suit : LoP pour la longitude et LaP pour la latitude. Le delta des coordonnées entre le point M et le centre C sera :

DLoP = LoP(M)-LoP(C)

DLaP = LaP(M)-LaP(C)

Dans le repère actuel, les coordonnées d’un point M seront définies comme suit : LoR pour la longitude et LaR pour la latitude. Le delta des coordonnées entre le point M et le centre C sera :

DLoR = LoR(M)-LoR(C)

DLaR = LaR(M)-LaR(C)

Les coordonnées de Ptolémée estimées dans le repère actuel seront LoE pour la longitude et LaE pour la latitude.

Détermination des coordonnées complexes :

L’étape suivante est de transformer les coordonnées classiques en un nombre complexe comme suit :

U = LoP + LaP . i.

V = LoR + LaR . i.

Sous Excel, la formule équivalente est U = COMPLEXE(Lo;La).

L’avantage des nombres complexes est de travailler dans un repère polaire, ce qui donne :

U = r.ei& avec r le module (distance) et & l’argument (angle en radian) pour Ptolémée.

V = r.eiq avec r le module (distance) et q l’argument (angle en radian) pour aujoud’hui.

Sous Excel, les arguments et les modules se déduisent comme suit :

r = COMPLEXE.MODULE(U) et r = COMPLEXE.MODULE(V)

& = COMPLEXE.ARGUMENT(U) et q = COMPLEXE.ARGUMENT(V)

Définition des zones Zn :

Une zone Zn est définie par les points M dont l’argument est compris entre &n et &n+1 :

&n <= &M < &n+1 

Pour la dernière zone N (entre &N et &N+1), &N+1 sera l’angle équivalent &1 + 360°.

Définition de la différence angulaire et du ratio :

La différence angulaire (ou plutôt la différence entre les angles d’aujourd’hui et ceux de Ptolémée) sera défini comme suit :      gM = qM – &M

Le ratio du déplacement radial sera défini comme suit :                                KM = rM  / rM

Détermination des variations par degré :

La variation angulaire pour gM sera :       a = Dg/D& = (gN+1 – gN) / (&N+1 – &N)

La variation angulaire pour KM   sera :     b = DKM / D& = (rN+1 / rN+1 – rN / rN) / (&N+1 – &N)

Calcul de la variation à appliquer au point M :

Pour un point M, il faudra d’abord définir sa zone Zn et donc l’angle &N. Les variations à appliquer pour gM et KM se déduiront comme suit :

gM = a. (&M – &N) + gN

KM = b. (&M – &N) + KN

Quant aux coordonnées polaires, ils seront calculés comme suit :

qM = gM + &M

                rM = KM . rM

Calcul des coordonnés estimées :

Pour le point M, les coordonnées estimées par la transformation se déduiront à la fin comme suit :

                LoEM = LoRC + rM . cos( qM )

                LaEM = LaRC + rM . sin( qM )

Annexe II : Tableau Excel des données réestimée :

Chapitre VIII : Becius, Charmutha : Le changement climatique

« Sans eau, pas de vie »… Telle est la devise qui résume bien ce changement climatique. Celle-ci fut une catastrophe écologique non seulement pour Charmutha mais aussi pour toute la péninsule arabique et même au-delà. Le chapitre précédent avait décrit le paysage et la faune disparus du mystérieux royaume arabe de Pount. Les fresques de Deir-Al-Bahari témoignent encore de cette période passée. Aujourd’hui cette désertification du Hedjaz est tellement surréaliste que de nombreuses personnes ne peuvent le concevoir. Sans maîtrise de ce concept, le pays de Pount reste et restera mystérieux pour les historiens. L’objectif de cette étude est de rechercher les témoignages concernant cette désertification et surtout d’apporter des réponses aux causes de ce dérèglement climatique. Ce travail est nécessaire pour valider cette surprenante théorie, ce qui permettra ensuite de redécouvrir Charmutha et sa région.

Chapitre VIII : Becius, Charmutha : L’Arabie Heuseuse et le changement climatique.

Du temps des pharaons, aux alentours de Charmutha, le paysage était complétement différent de celui que nous connaissons et ne ressemblait pas au désert d’aujourd’hui. Au nord, il y avait la merveilleuse contrée des Banizomènes traversée par de nombreux ruisseaux. Au sud, s’étalait une montagne boisée : « Il y a, après, un autre rivage avec plein de fontaines et de bonnes eaux douces, et ici un mont couvert de toute sorte d’arbres qui s’appelle Gabin » (Diodore le Sicilien, référence n°1). A l’intérieur des terres, au sud, il y avait « des forêts d’encens qui s’étendaient dans une longueur de vingt schènes, et dans une largeur de dix (150 km par 75 km) ». Ces bois étaient situés dans « le pays des Atramites, district des Sabéens, et dont la capitale était Sabota, située sur une montagne élevée, à huit stations de la région thuriféraire appelée Saba » (Pline L’Ancien, Livre XII, XXX.1 et 2, référence n°43). Diodore le Sicilien apporte des précisions sur l’essence de ces arbres : « … les montagnes y produisent non seulement des sapins et des peupliers, mais aussi des cèdres et une espèce d’arbres qu’ils appellent Baraton ».

Charmutha-8-b

Figure VIII.a : carte du royaume de Pétrée et de l’Arabiqe désertique par Ptolémée.

Une autre carte de Ptolémée, celle du Moyen-Orient (figure VIII.a), résume parfaitement ce changement. Une montagne « Montana Feli» avec un cartouche « Desertum » allait du Golfe d’Aqaba jusqu’au Koweit d’aujourd’hui. Autour de cette montagne, s’étendaient 3 régions arabes : « Felicis Arabie pars », l’Arabie Heureuse au Sud ; « Arabia Petrea », le royaume de Pétra au Nord-ouest ; et « Arabia Deserta » l’Arabie Désertique au Nord-Est.

Charmutha-8-c

Figure VIII.b : photo satellitaire de la Péninsule Arabique (source wikipedia).

La première remarque concerne la présence d’une montagne puisqu’aujourd’hui, il n’existe pas de trace qui puisse justifier de son existence ou pas. Le cartouche « Desertum » est assez rare pour que nous puissions le mentionner. Pour expliquer cette note rajoutée par Ptolémée, il faut exploiter la photo satellitaire de la Péninsule Arabique (Figure VIII.b) qui apporte une information intéressante. Celle-ci montre une importante quantité de sable au centre de cette région et suggère une hypothèse crédible. Cette montagne aurait pu être une immense dune (d’où le cartouche « Desertum ») que les vents du nord ont entre-temps déplacée vers le centre de la péninsule.

Deuxième remarque, sur la carte, entre les dunes « Montana Felici » et « Montana Babilonie », il y a une zone coloriée en vert appelée « Heremum Arabia », « Heremum » pouvant se traduire par « Désert ». Ce désert aurait pu être celui d’Agar et d’Ismaël, là où la mère et son fils furent abandonnés par Abraham. Quoi qu’il en soit, l’Arabie Heureuse n’était pas une région désertique mais plutôt un pays agréable à vivre.

Charmutha-8-b-2

Figure VIII.c : agrandissement de la carte du royaume de Pétrée et de l’Arabiqe désertique par Ptolémée.

A noter, entre « Petrea » et « Heremum Arabia » (le désert de l’Arabie désertique), il y a la ville antique Moca (Ptolémée (Lo=67,88° ; La=30,17°)). Vu la similarité des noms, certains auteurs (Patricia Crone, référence n°33) suggèrent que Moca puisse être la Mecque originelle, en sachant que les premières mosquées se dirigèrent vers le pays de Pétra (Don Gibson, référence n°34). Avec une localisation parfaitement définie de Petra (Ptolémée (Lo=66,75° ; La=30,33°) et GPS (La=30,33° ; Lo=35,44°)), nous pouvons en déduire les coordonnées GPS de cette ville disparue : Moca (La=30,17°, Lo=36,57°), ce qui la positionne à l’Est de la Jordanie et du gouvernorat de Ma’an.

Comme pour les fleuves, l’impact de cet événement climatique fut catastrophique pour la faune puisque de nombreuses espèces disparurent de la péninsule Arabique… Le souvenir de cette biodiversité est encore visible sur les gravures rupestres mais aussi dans certains récits… Diodore le Sicilien restera l’un des témoins de cette époque et des animaux disparus (référence n°1) : les lions (pages 98 et 130), les léopards (pages 98 et 130), les tigres surnommés babyloniens (page 98), les loups (page 130) l’autruche (page 98), la girafe (page 98), l’éléphant (page 100), les cerfs et les daims (page 130), … Selon Pline l’Ancien, « les fêtes (en Arabie) se passaient en chasses, dont les plus agréables sont celles qui ont pour objet les tigres et les éléphants » (Pline l’Ancien, Livre VIII, XXIV.10, référence n°43). La disparition de tous ces animaux exotiques peut s’expliquer par plusieurs causes, mais les deux principales sont souvent la déforestation et/ou un changement climatique. A ce stade de notre réflexion, la première question est de savoir si l’Homme est responsable de cette désertification.

Pour déterminer sa responsabilité, il faut noter que, quel que soit le milieu, les plantes et les animaux ne peuvent survivre sans la molécule primordiale à la vie appelée H2O. Cette eau nécessaire à l’écosystème est apportée soit par la pluie, soit par les fleuves. Pour la Péninsule Arabique, ses approvisionnements se sont taris au point d’assécher les différents fleuves décrits par Ptolémée :

–          Becius : source (69,5° ; 20,66°) ; embouchure (76° ; 24,5°).

–          Prionis : source (84° ; 13,5°) ; embouchure (82° ; 17,5°).

–          Laris : source (86,5° ; 23,5°) ; embouchure (87° ; 18°).

D’autres fleuves mythiques auraient complément disparu de notre mémoire collective s’ils n’avaient pas été cités, par exemple le Corys et le Phison qui se jetaient respectivement dans la mer Rouge (Homère, référence n°7) et dans le golfe Persique (la Bible, référence n°11). Ces deux fleuves devaient prendre source, à priori, dans les mêmes montagneuses que celles du Becius (voir le chapitre n°VI, «Becius, ce fleuve disparu »). D’autres, plus petits, s’asséchèrent comme celui cité par Diodore le Sicilien au niveau des Dèbes ou ceux dessinés sur la carte éditée en 1554 par Allain Manesson Mallet (référence n°14). La disparition de ces fleuves ne peut pas s’expliquer par une déforestation excessive, ce qui accrédite la théorie d’un changement climatique. Par contre, les dégradations humaines n’ont pas aidé la faune et la flore, malmenées par la Nature.

Après avoir exclu la responsabilité de l’Homme, cette désertification de la Péninsule Arabique est nécessairement le résultat d’une diminution des pluies. Et cette évolution de la pluviométrie est confirmé par Strabon (référence n°2) : « L’air de ce pays (la Macine, à la frontière de la Mésopotamie) est malsain ; le climat est brumeux, pluvieux et chaud tout à la fois ; le sol est cependant fertile… » (Page 258) ; « les dernières contrées vers le midi et vis-à-vis de l’Ethiopie sont arrosées par des pluies d’été ; et l’on y sème deux fois par an, comme dans l’Inde. Elles sont traversées par des rivières qui se perdent dans des plaines et des marais… » (Page 261). Selon Diodore le Sicilien (référence n°1, page 100), la région méridionale était si bien arrosée que les paysans peuvaient semer deux fois par an.

Charmutha-8-d

Figure VIII.d : carte du Nord-Ouest de l’Afrique par Ptolémée.

Charmutha-8-e

Figure VIII.e : carte du Nord-Centre de l’Afrique par Ptolémée.

Charmutha-8-f

Figure VIII.f : carte du Nord-Est de l’Afrique par Ptolémée.

Cette raréfaction des saisons pluvieuses a provoqué une sécheresse fatale qui a ensuite transformé les savanes et les forêts en des déserts. Mais cet événement était-il localisé à la seule Péninsule Arabique ou était-il beaucoup plus important ? Pour répondre à cette deuxième question, il faut s’intéresser aux cartes de l’Afrique méditerranéenne (Figures VIII.d, VIII.e et VIII.f). Cette partie septentrionale du continent a été décomposée par Ptolémée en 5 régions principales : « Marmarica » (l’Egypte méditerranéenne), « Cyrenaica provincia », « Affrice minoris », « Mauritanie Cesariensis » et « Mauritanie Tinganice ». Comme l’Arabie Heureuse, de nombreux fleuves notés sur la carte ont disparus. Cette liste est longue du delta du Nil jusqu’au rivage de l’Atlantique : Lathenis (48,25° ; 31,33°), Cynipbi (42,25° ; 31,5°), Trigonis (38,66° ; 30,5°), Cathade (34,88°, 32,5°), Bagrade (34,5° ; 32,66°), Rubricati (30,75°, 32,25°), Ampsage (26,25°, 31,75°), Avil (24,66° ; 31,88°), Audi (23,88° ; 32°), Sisaris (23,33° ; 25°), Nasath (22,15° ; 32,5°), Serbetis (19,5° ; 32,88°), Savi (18° ; 33°), Calinaph (16,66° ; 33,33°), Malue (11,12° ; 34,75°), Malochthi (10,75° ; 34,75°), Thalude (8,5° ; 34°), Sane (8,33° ; 27,33°), Agne (8,5° ; 27,88°), Une (8,66° ; 28,33°), Pthua (7,5° ; 30°), Diurus (7,33°, 31,66°), Asame (6,25° ; 32°), Cuse (6,66° ; 32,75°), Diu (6,12° ; 33,33°), Sale (6,66° ; 32,88°), Suburi (6,33° ; 34,33°), Lix (6,33° ; 34,25°), Zile (6°, 34,33°)… Quant au Nil, il n’a pas disparu mais son débit a fortement diminué au point de provoquer des famines du temps de Cléopâtre.

Aujourd’hui, les cartes de Ptolémée sont l’un des rares témoignages de cette époque révolue, époque pendant laquelle l’Afrique méditerranéenne fut une région accueillante pour l’Homme. Il existait, alors, un important bassin hydraulique avec plusieurs lacs (notés « pallus »). Le premier « pallus Pallas » recevait les eaux d’une montagne au sud puis alimentait un deuxième « pallus Triton », qui, lui, alimentait un fleuve nommé « Trigon ». Ces lacs étaient célèbres puisque Triton et Pallas furent des personnages mythiques. Le premier était un dieu marin, fils de Poséidon, tandis que Pallas fut la fille de Triton, une des naïades du lac Tritonis.

Autre témoin de cette période révolue, Hérodote avait décrit cette magnifique région avant la désertification : « CXCVIII. Quant à la bonté du terroir, la Libye (ici de l’Algérie jusqu’à l’ouest de la Lybie actuelle) ne peut, à ce qu’il me semble, être comparée ni à l’Asie ni à l’Europe : j’en excepte seulement le Cinyps (le Cynéraïque, à l’Est de la Lybie actuelle), pays qui porte le même nom que le fleuve (Cynipbi pour Ptolémée) dont il est arrosé. Il peut entrer en parallèle avec les meilleures terres à blé : aussi ne ressemble-t-il en rien au reste de la Libye. C’est une terre noire, et arrosée de plusieurs sources : elle n’a rien à craindre de la sécheresse, et les pluies excessives ne faisant que l’abreuver, elle n’en souffre aucun dommage : il pleut en effet dans cette partie de la Libye. Ce pays rapporte autant de grains que la Babylonie. Celui des Evespérides est aussi un excellent pays. Dans les années où les terres se surpassent elles-mêmes en fécondité, elles rendent le centuple ; mais le Cinyps rapporte environ trois cents pour un. »

Non seulement le paysage du pourtour méditerranéen était exceptionnel mais sa faune était riche et diverse. Les animaux en cet endroit ressemblaient alors à ceux d’un pays exotique, ce qu’Hérodote confirme (référence n°42) :

« CXCI. A l’ouest du fleuve Triton, les Libyens laboureurs touchent aux Auséens ; ils ont des maisons, et se nomment Maxyes. Ils laissent croître leurs cheveux sur le côté droit de la tête, rasent le côté gauche, et se peignent le corps avec du vermillon : ils se disent descendus des Troyens. Le pays qu’ils habitent, ainsi que le reste de la Libye occidentale, est beaucoup plus rempli de bêtes sauvages, et couvert de bois, que celui des nomades ; car la partie de la Libye orientale qu’habitent les nomades est basse et sablonneuse jusqu’au fleuve Triton. Mais depuis ce fleuve, en allant vers le couchant, le pays occupé par les laboureurs est très montagneux, couvert de bois et plein de bêtes sauvages. C’est dans cette partie occidentale de la Libye que se trouvent les serpents d’une grandeur prodigieuse, les lions, les éléphants, les ours, les aspics, les ânes qui ont des cornes, les cynocéphales (animal avec une tête de chien) et les acéphales (animal sans tête), qui ont, si l’on en croit les Libyens, les yeux à la poitrine. On y voit aussi des hommes et des femmes sauvages, et une multitude d’autres bêtes féroces, qui existent réellement.

CXCII. Dans le pays des nomades, on ne trouve aucun de ces animaux ; mais il y en a d’autres, tels que des pygargues, des chevreuils, des bubalis, des ânes, non pas de cette espèce d’ânes qui ont des cornes, mais d’une autre qui ne boit point. On y voit aussi des oryx qui sont de la grandeur du bœuf : on se sert des cornes de cet animal pour faire les coudes des cithares. Il y a aussi des renards, des hyènes, des porcs-épics, des béliers sauvages, des dictyes, des thoès, des panthères, des boryes, des crocodiles terrestres qui ont environ trois coudées de long, et qui ressemblent aux lézards ; des autruches, et de petits serpents qui ont chacun une corne. Toutes ces sortes d’animaux se rencontrent en ce pays, et outre cela tous ceux qui se trouvent ailleurs, excepté le cerf et le sanglier, car il n’y a ni sangliers ni cerfs en Libye. On y voit aussi trois sortes de rats, les dipodes, les zégéries, nom libyen qui signifie en notre langue des collines ; les rats de la troisième espèce s’appellent hérissons. Il naît outre cela, dans le silphium, des belettes qui ressemblent à celles de Tartessus. Telles sont, autant que j’ai-pu le savoir par les plus exactes recherches, les espèces d’animaux qu’on voit chez les Libyens nomades. »

Au IVème siècle avant JC, d’après Hérodote, ils y avaient donc de nombreux animaux exotiques autour du lac Triton : des éléphants, des autruches, des panthères, des lions, des crocodiles, des serpents type boa… Plus tard, au Ier siècle après JC, Pline l’Ancien rapporta la présence de ces animaux en Afrique mais était moins précis pour la localisation, sauf pour l’éléphant : « Des auteurs rapportent que, dans les forêts de la Mauritanie, des troupeaux d’éléphants descendent sur le bord d’un fleuve nommé Amilas » (Pline l’Ancien, Livre VIII, I.2, référence n°43) ; «L’Afrique produit des éléphants au-delà des déserts des Syrtes et dans la Mauritanie. » (Pline l’Ancien, Livre VIII, XI.1, référence n°43). Ces éléphants des forêts africaines, plus petits que ceux d’Asie (Pline l’Ancien, Livre VII, IX.1, référence n°43), étaient capturés par les carthaginois pour les intégrer comme arme de guerre dans leur garnisons (Guerre de Pyrrhus, 280 avant JC ; Deuxième Guerre Punique, 218 avant JC).

Charmutha-8-g

Figure VIII.g : photo d’un singe cynocéphale appelé Babouin hamadryas (source Wikipedia).

Parmi les autres animaux exotiques cités par Hérodote, ils y avaient des « cynocéphales » avec une tête de chien et des « acéphales » qui avaient les yeux au niveau de la poitrine. Ces étranges bêtes pourraient être des singes que nous appelons aujourd’hui « cynocéphales » (figure VIII.g). Leurs visages ressemblent à ceux d’un chien et leurs muscles du cou ne permettent pas de redresser leurs têtes qui se retrouvent au niveau de la poitrine. Les mêmes singes, ceux avec une tête de chien et qui pourraient être des babouins hamadryas, vivaient dans le pays de Pount. Nous pouvons encore les voir sur les fresques de Deir-Al-Bahari (figure VIII.h).

Charmutha-8-hFigure VIII.h : les singes de Pount dans la fresque de Deir-al-Bahari.

Quant aux girafes, elles ont commencé à être exposées depuis le milieu du Ier siècle avant JC, et surtout depuis les jeux donnés par Pompée (Pline l’Ancien, livre VIII, XXVII.1). Sa viande était alors au menu des repas de la noblesse romaine (« A Pompéi, de la girafe au menu du dernier repas avant l’éruption », référence n°35). Malgré sa description, Pline l’Ancien n’avait pas mentionnée leur zone géographique d’origine. L’étymologie peut, cependant, apporter une réponse. Les éthiopiens appelaient cet animal « nabu » (Pline l’Ancien, Livre VIII, XXVII.1, référence n°43) tandis que les syriens le nommaient « Camelopardis » (Varron, référence n°36). L’existence de ces deux appellations différentes conforte la théorie de deux zones géographiques distinctes, une première en Ethiopie avec « nabu » et une seconde en Syrie avec « camelo ». Le Latin ayant choisi le préfixe « Camelo », il y a de forte probabilité pour que les girafes provenaient essentiellement d’Asie. Il faut, d’autre part, remarquer qu’au moment de ses jeux, Pompée le romain venait d’annexer des régions Moyen-Orientales, là où vivaient les derniers spécimens asiatiques.

 Charmutha-8-i

Figure VIII.i : Evolution de la température de 9.000 ans avant JC jusqu’à aujourd’hui.

Aujourd’hui, nous pouvons dire que la chute des précipitations avait été ressentis du Sahara jusqu’à la Péninsule Arabique et qu’elle avait provoqué une désertification sur plusieurs continents. Une telle ampleur ne peut s’expliquer que par un événement d’ordre planétaire. Instinctivement, nous pouvons soupçonner la température comme étant la cause réelle de cette catastrophe écologique. Le premier graphe (figure VIII.i, référence n°37) présente l’évolution de cette donnée estimée de 11.000 ans avant JC jusqu’aujourd’hui. De 9.000 à 8.000 ans avant JC, il y a une forte augmentation de la température après la phase de glaciation. Puis, de 8.000 à 2.000 ans avant JC, il y a une période assez stable pendant laquelle le delta était approximativement de +2° Celsius. Ensuite il y a une chute progressive jusqu’à la valeur d’aujourd’hui. Le deuxième graphe (figure VIII.j, référence n°38) présente de nouveau la température mais cette fois-ci sur un site du Groenland. Comme prévu, celle-ci est élevée jusqu’à la période romaine et ensuite il y a refroidissement progressif depuis le Ier siècle avant JC jusqu’à aujourd’hui. Il faut noter des réchauffements ponctuels ou « petits optima climatiquces » : Minoen (1.300 ans avant JC), Romain (de 100 après JC +/- 200 ans) et médiéval (appelée aussi réchauffement climatique de l’an mil). Ces optima présentent une périodicité de 1.000 ans, ce qui pourrait expliquer le réchauffement actuel par un cycle naturel et non pas par des effets de l’Homme.

Charmutha-8-j

Figure VIII.j : Evolution de la température de 9.000 ans avant JC jusqu’à aujourd’hui.

Quelque soient les graphes de température sur l’holocène, ils fournissent une surprenante constatation qui est une chute estimée de 1° à 2° Celsius alors que nous aurions pu nous attendre à l’inverse. D’autre part, l’optimum climatique de l’Holocène dura au moins jusqu’à 2.000 ans avant JC et cette date limite correspond à un célèbre événement de la Bible appelé le Déluge. Que nous soyons croyants ou pas, la Mésopotamie avait connu, à cette période, des inondations importantes. Lors des sondages effectués par Wolley à Ur, l’archéologue découvrit un dépôt d’alluvion et appela cette zone la « Fosse du Déluge ». Ces inondations étaient le signe d’une période passée qui fut chaude et humide avant et pendant l’Antiquité, ce que de nombreuses études scientifiques ont confirmé. Le climat tropical modifia alors la distribution de la végétation autour de la Méditerranée, et en particulier en Afrique et au Moyen-Orient. A partir d’une analyse sur des pollens, Stéphanie Desprat a pu reconstituer la carte des différents écosystèmes (Figure VIII.k, référence n°40). Au nord-ouest de l’Afrique, ils y avaient des forêts tempérées chaudes tandis qu’au nord-est, c’était plutôt une région semi-désertique. Cette carte obtenue par la scientifique ressemble exceptionnellement à la description d’Hérodote au IVème siècle avant JC, avec une frontière entre les pays forestiers à l’Ouest et ceux des nomades à l’Est.

Charmutha-8-k

Figure VIII.k : distribution des biotopes en Europe et en Afrique du Nord.

En conclusion, il y a bien eu un changement climatique majeur dû à un refroidissement de 2° sur l’ensemble de la planète. Ce refroidissement a diminué l’évaporation des mers et par conséquent l’humidité ambiante de l’atmosphère. Les dépressions riches en pluie, qui provoquèrent des saisons type moussons identiques à celles en Inde, cessèrent de remonter depuis l’océan jusqu’à la Mésopotamie, ce qui entraina un déficit hydraulique. Ce déficit transforma alors l’Arabie Heureuse avec sa savane et ses forêts en une région désertique. Les fleuves, les uns après les autres, disparurent du paysage et, avec eux, les animaux typiques du mystérieux royaume de Pount. Les vents du sud, qui repoussaient les sables vers le nord et qui maintenaient en équilibre précaire l’immense dune de l’Arabie Heureuse, ne pouvaient plus s’opposer aux vents du nord et donc empêcher le déplacement du sable vers le centre de la Péninsule.

D’autre part, avec le réchauffement climatique prévu, nous pouvons nous poser la question si le nouveau climat ne sera pas identique à celui des pharaons. Il se peut que les pluies futures reverdiront le Sahara et la Péninsule Arabique mais les inondations et les tempêtes seront plus violentes pour certaines zones sensibles, y compris la Mecque qui se retrouvera sous les cascades de Charmutha. Quant à notre quête de la mystérieuse cité, l’objectif de ce chapitre était d’apporter des pièces historiques pour valider la théorie d’un dérèglement climatique sur la région du Hedjaz. Grâce à ce travail, nous pourrons dorénavant décrire Charmutha et sa magnifique région.

Charmutha , Bétius : Sommaire :

1 – Les récits de Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2017/07/21/chapitre-i-charmutha-betius-la-cite-mysterieuse-et-le-fleuve-disparu/

2 – Le littoral de Charmutha

Https://nantt44.wordpress.com/2017/07/26/chapitre-ii-la-quete-du-littoral-de-charmothas/

3 – les cartes de Ptolémée

https://nantt44.wordpress.com/2017/09/25/chapitre-iii-charmutha-becius-les-cartes-de-ptolemee/

4 – le tropique du Cancer

https://nantt44.wordpress.com/2017/12/21/chapitre-iv-charmutha-becius-le-tropique-du-cancer/

5 – les cascades de Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2018/02/08/chapitre-v-charmutha-becius/

6 – Becius, ce fleuve disparu

https://nantt44.wordpress.com/2018/04/06/chapitre-vi-charmutha-becius-becius-ce-fleuve-disparu/

7 – Le royaume de Pount et ses pays

https://nantt44.wordpress.com/2018/07/06/chapitre-vii-charmutha-becius-le-royaume-pount-et-ses-pays/

8 – l’Arabie Heureuse et le changement climatique

https://nantt44.wordpress.com/2018/10/23/chapitre-viii-becius-charmutha-le-changement-climatique/

9 – le Quersonnesse de Charmutha

A venir

10 – Le Cothone de Charmutha

A venir

11 – L’acropole de Charmutha

A venir

12 – Le pays divin

A venir

Bibliographie/Bibliography :

1 – « Les Trois premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien, historiographe grec » de Anthoine Macault en 1541 :

https://books.google.fr/books?id=biBkAAAAcAAJ&pg=RA3-PA129&dq=banizomenes&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiRk__y85nUAhUGMhoKHcaRD0IQ6AEIIjAA#v=onepage&q=banizomenes&f=false

2 – « Géographie de Strabon. » par François Jean Gabriel de L Porte Du Theil en 1819 :

https://books.google.fr/books?id=1ndNAAAAcAAJ&pg=PA187&dq=livre+XVI+strabo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjDysXd9JnUAhVLPRoKHVOUCicQ6AEIIjAA#v=onepage&q=livre%20XVI%20strabo&f=false

3 – «The Historical Library of Diodorus the Sicilian »

https://books.google.fr/books?id=oysUAAAAYAAJ&pg=PA185&dq=carmutha&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjNr_PrkpDVAhUBzxQKHQaOD2wQ6AEIPjAD#v=onepage&q=carmutha&f=false

4 – Le catalogue du site “Ancien Ports Antiques” :

https://www.ancientportsantiques.com/the-catalogue/red-sea/

5 – Photos satellites à partir du site « google-maps.pro » :

http://google-maps.pro/satellite/Jeddah

6 – Topographie de la zone à partir du site « fr-fr.topographic-map.com » :

http://fr-fr.topographic-map.com/places/La-Mecque-4243501/

7 – Anciens témoignages sur les arabes :

https://sourcebooks.fordham.edu/ancient/arabia1.asp

8 – « Cosmographia » de Ptolémée aux alentours du 2ème siècle :

https://archive.org/stream/cosmographia00ptol#page/n109/mode/2up

https://archive.org/stream/gri_33125008286581#page/n109/mode/1up

9 – « Les dieux de l’Égypte : Que sais-je », n°1194

https://books.google.fr/books?id=EbEICwAAQBAJ&pg=PT30&dq=ba+dieux&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjp3_LhoMDWAhWoLMAKHTczA58Q6AEINjAC#v=onepage&q=ba%20dieux&f=false

10 – « Inclinaison de l’axe terrestre » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Inclinaison_de_l%27axe

11 – « La Bible » : Génèse 2, 8-14

http://bible.archeologie.free.fr/jardinperdu.html

12 – « la Mer Rouge » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_Rouge

13 – « le périple de la mer Erythréenne » :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/anonyme/periple1.htm

https://archive.org/details/periplusoferythr00schouoft

14 – « Description de l’Univers, Tome II, Asie Ancienne et Moderne » par Allain Manesson Mallet :

https://archive.org/stream/descriptiondelun00mane_1#page/182/mode/1up

15 – « Le monnayage islamique des origines à l’époque ottomane : éléments historiques » :

http://horizons-d-aton.over-blog.fr/article-17484532.html

16 – Traduction de LOTON par le site Dicolatin.fr :

http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/LOTON/index.htm

17 – « La Bible », deutéronome 14:5 :

http://saintebible.com/lsg/deuteronomy/14.htm

18 – « The shipwrecked sailor again », göttinger miszellen 24, 1977, p.94

19 – « La faune dans la roche » de Hervé Monchot, Charliy Polaikoff, Route de l’Orient, Hors-Serie 2016, p74-93 :

http://www.academia.edu/28933119/La_faune_dans_la_roche_de_l_iconographie_rupestre_aux_restes_osseux_entre_Dûmat_al-Jandal_et_Najrân_Arabie_Saoudite_

20 – « Les papyrus hiératiques de Berlin » de François Joseph Chabas :

https://books.google.fr/books?id=OhZKAAAAcAAJ&pg=PA59&dq=terre+divine+papyrus&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwij5I7rpL7ZAhUE2qQKHdQKC1kQ6AEIJjAC#v=onepage&q=terre%20divine%20papyrus&f=false

21 – « Seagoing Ships & Seamanship in the Bronze Age Levant » de Shelley Wachsmann

https://books.google.fr/books?id=apna4pv7Ks8C&pg=PA19&lpg=PA19&dq=byblos+punt&source=bl&ots=m2t9OHTJjY&sig=4fJaKwFz7xJEsBLAsJMKVovIEQI&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwih5e2TqI3aAhWJcRQKHVd8C-8Q6AEwAXoECAcQAQ#v=onepage&q=byblos%20punt&f=false

22 – « The temple of Deir el Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/templeofdeirelba12egyp

23 – « The XIth dynasty temple at Deir el-Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/xithdynastytempl30navi

24 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

25 – « Ancient Records of Egypt » de J.H. Breasted :

https://archive.org/details/BreastedJ.H.AncientRecordsEgyptAll5Vols1906

26 – « Mysterious lands » de O’Connors :

https://books.google.fr/books?id=tVy4Zsmkw9wC&pg=PA69&lpg=PA69&dq=punt+elephant+ptolemy+soter&source=bl&ots=dQiu4p6GU-&sig=Jy8KtZaVCyfz2JEDA0U3Z9mqNw8&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi-sI2Q3pvaAhXDSBQKHQreBEUQ6AEwDHoECAMQAQ#v=onepage&q=punt%20elephant%20ptolemy%20soter&f=false

25 – « Villa Casale », mosaïque de la Chasse :

https://www.voyagevirtuel.info/italie/page/villa-casale-269.php

26 – « Le rhinoceros est une licorne en égypte » de Nicolas Manlius :

https://www.researchgate.net/publication/284030759_LE_RHINOCEROS_EST_UNE_LICORNE_EN_EGYPTE

27 – « Rhinocéros et la licorne » du magazine Pharaon :

https://www.pharaon-magazine.fr/category/pharaonplus/articles-pharaon-n-14

30 – « La mission en Arabie des pères A. Jaussen et R. Savignac » de Maurice Sartre, 1996 :

https://www.persee.fr/doc/topoi_1161-9473_1996_num_6_2_1675

31 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

32 – « Les voyages de Cyrus » de M. de Ramsay :

Version n°1 : http://misraim3.free.fr/divers/les_voyages_de_cyrus.pdf

Version n°2 : https://books.google.fr/books?id=mGAPAAAAIAAJ&pg=PA76-IA1&dq=cyrus+voyage+badeo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi0mYHZ_7bZAhUDwBQKHTShAIQQ6AEIHDAA#v=onepage&q=cyrus%20voyage%20badeo&f=false

33 – « Meccan Trade and the Rise of Islam » de Patricia Crone

34 – « Early Islamic Qiblas » de Dan R. Gibson :

https://www.academia.edu/33662914/Early_Islamic_Qiblas

35 – « A Pompéi, de la girafe au menu du dernier repas avant l’éruption », de l’AFP, 20minutes.fr :

https://www.20minutes.fr/sciences/1271421-20140108-20140108-pompei-girafe-menu-dernier-repas-avant-leruption

36 – « De la langue latine », Livre IV, de Varron :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/varron/lingua5.htm

37 – « Holocene climatic optimum », wikipedia

https://en.wikipedia.org/wiki/Holocene_climatic_optimum

38 – https://iowaclimate.org/2018/08/19/the-holocene-climate-optimum/

39 – Marcott et al. 2013 in « Reconstructing Quaternary Environments », de J. John Lowe, Michael J.C Walker (page427):

https://books.google.fr/books?id=OEODBAAAQBAJ&pg=PA427&dq=marcott+optimum+holocen&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjcg4_JrJDeAhUoM-wKHTsbBF4Q6AEIMTAB#v=onepage&q=marcott%20optimum%20holocen&f=false

40 – « L’étude du pollen des séquences sédimentaires marines pour la compréhension du climat : l’exemple des périodes chaudes passées » de Stéphanie desprat.

https://journals.openedition.org/quaternaire/8102

La figure est partiellement déduite des travaux de LEVAVASSEUR G., VRAC M., ROCHE D.M. & PAILLARD D., 2012 – Statistical modelling of a new global potential vegetation distribution. Environmental Research Letters7 (4), 044019.

41 – http://digital.library.upenn.edu/women/edwards/pharaohs/pharaohs-8.html

42 – « Histoire » d’Hérodote, Livre IV, Melpomène :

https://mediterranees.net/geographie/herodote/melpomene.html

43 – « Histoire Naturelle », de Pline l’Ancien, Ier siècle après JC :

Livre VIII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre8.htm

Livre XII : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre12.htm

Chapter VII : Charmutha, Becius : The Punt kingdom and its countries

Chapitre VII : Charmutha, Becius : le royaume Pount et ses pays

Notre quête de Charmutha, l’une des plus célèbres cités du monde antique, se poursuit… Son fleuve, le Becius qui était l’un des plus puissants de la Péninsule Arabique, disparut progressivement sur une longue période de plusieurs siècles. Située entre Djeddha et Almojermah, au sud des cinq montagnes pyramidales et au nord de la colline plate, le fleuve traversait la barrière montagneuse entre les villes d’Ushash au nord et de Taïf au sud (voir chapitre IV sur le tropique du Cancer), en aval d’un lac de sable et en amont de la ville d’Al Qi’dubah (voir chapitre V sur les cascades du Hedjaz). Aujourd’hui, sa disparition nous paraît inconcevable. Et, pourtant, la désertification a réussi à tarir toutes les sources de ce puissant fleuve. Seul un dérèglement climatique peut avoir un tel effet et l’objectif de ce chapitre est d’exposer un exemple flagrant de cette désertification : les banizomènes, un des pays du royaume arabe de Pount.

 

Chapitre VII : Charmutha, Becius : le royaume Pount et ses pays

Charmutha-7-a

Figure VII.a : carte de la Péninsule Arabique par Ptolémée (référence n°8)

 

Ce dérèglement climatique eu un effet désastreux sur Charmutha et son port. Au Ier avant JC (50 ans B.C.), selon les dires de Diodore le Sicilien, l’accès à la cité était si vaste que 2.000 navires pouvaient en sortir rapidement et sans souci : « Et de l’entrée de ce port large de quatre-vingt toises, ils pourraient surgir 2 milles nefs. ». Un demi-siècle après (15 ans B.C.), selon Artémidore (témoignage rapporté par Strabon, référence n°2), la navigation était devenue complexe pour les bateaux : « l’ouverture est étroite et dangereuse pour toute espèce de bateaux ». Puis, au Ier siècle, le nom même de Charmutha disparut de la mémoire des hommes puisqu’il n’était plus mentionné dans « le périple de la mer Erythréenne » (référence n°13), ni sur les cartes de Ptolémée (voir figure VII.a, référence n°8).

Charmutha-7-b-1

 

Figure VII.b.1 : première carte de la Péninsule Arabique par Allain Manesson Mallet (référence n°14)

Charmutha-7-b-2

Figure VII.b.2 : deuxième carte de la Péninsule Arabique par Allain Manesson Mallet (référence n°14)

Quant au fleuve, les cartes de la péninsule arabique éditée par Allain Manesson Mallet (voir figure VII.b, référence n°14) montrent sa lente agonie. Sur la plus récente des deux, le Becius, renommé Eda, a perdu ses deux affluents, ceux du nord et du sud. Ce fleuve était situé juste à côté de la Mecque, la ville étant représentée par une mosquée avec une croix au-dessus. Il faut noter qu’avant la période des omeyyades (661-750), la croix faisait partie du monde arabo-musulman. Elle était ainsi visible sur les anciennes monnaies (voir figure VII.c, référence n°15).

Charmutha-7-c

Figure VII.c : premières pièces arabo-musulmanes (référence n°15)

Aujourd’hui, du Becius, il ne reste plus rien à part un couloir verdoyant au sud-est de Djeddha. Cette agonie, qui a duré plusieurs siècles, ne peut être possible que s’il y a eu modification du climat. Et une telle modification est le signe d’une catastrophe écologique qui devait être tant visible sur le paysage que sur la faune sauvage. Le témoignage de Diodore le Sicilien devient alors intéressant puisqu’il a été un témoin visuel du dérèglement climatique sur cette partie orientale de la mer Rouge, en particulier sur le pays des banizomènes. Au nord du puissant fleuve, il y avait d’abord un rivage de 300 km (62 lieux) puis au-delà une plage longue de 150 km (32 lieux) et difficile d’accès à cause des collines qui l’entouraient (voir figure VII.d).

Charmutha-7-d

Figure VII.d : carte géographique de la Mer Rouge (source google)

Voici ce que disait Diodore le sicilien au sujet de cette contrée : « S’ensuit après une contrée champêtre et humide avec abondance de ruisseaux qui font se nourrir et croître le Loton à la hauteur d’un homme. Et pour la bonté et grâce du pays, il y a non seulement un nombre infini de brebis et autre bétail : s’y refugient aussi les chameaux sauvages, les cerfs et les daims. Ils y viennent davantage des lieux désertiques pour le pâturage mais aussi les lions, les loups et les léopards contre lesquels les pasteurs sont contraints de combattre jour et nuit pour la garde et sécurité de leur bétail. Et ainsi la bonté du terroir apporte en même temps aux habitants des dommages et des dangers. Ainsi est fait la Nature qui entremet du mal à tous les biens qu’elle donne ».

Du temps de Jules César, de nombreux ruisseaux traversaient ce pays champêtre et ses habitants vivaient de la chasse mais aussi de l’élevage du bétail. Le climat y était humide et tempéré. Une plante importante, puisque citée par le navigateur, y poussait : le LOTON. Sa définition serait, d’après le site « dicolatin.com » (référence n°16), soit un lotus aquatique, soit un micocoulier (arbre de plusieurs mètres) ou soit un mélilot (plante fourragère qui peut atteindre 120 cm). Comme le « LOTON » pouvait atteindre la taille d’un homme, la seule et unique traduction est le mélilot. Cette plante, qui pousse exclusivement dans un environnement tempéré, est, à la fois, une herbe fourragère, aromatique mais aussi médicinale.

Le pays des banizomènes abritait aussi une fauve sauvage exceptionnelle : des lions, des léopards, des chameaux, des mulets, des cerfs, des daims, des loups… Les grands animaux carnivores étaient une calamité pour les hommes et leurs bétails alors que le climat de cette contrée était une bénédiction… Un peu plus au nord, à la frontière de l’Assyrie, dans l’Arabie rocailleuse, il y avait des girafes : « Les animaux que l’on appelle Camelopardz » (référence n°1, livre II, page 98). Dans ce livre ancien et tous ceux d’avant le XIXème siècle, la girafe était désignée soit par Camelopard (chameau tacheté), soit par Cameleopard (chameau + léopard). Pour information, le mot léopard est lui aussi un mot composé de 2 mots autres : leo/lion et de pardus/tâche.

Le paysage d’aujourd’hui est tellement différent de celui décrit par Diodore que nous pouvons nous poser la question si c’est vrai ou pas. En plus des récits, ils existent aussi d’autres témoignages qui confirment ce climat tempéré. Sur la carte de la péninsule arabique dessinée par Ptolémée, au nord de cette plage, il y avait un cap rocailleux « hippo mons » et une ville « hippo civita ». Le mot « Hippo », dans la langue grecque, désigne le cheval, ce qui a donné Hippopotame (cheval de rivière) ou Hippocampe (cheval et poisson de mer). L’étymologie suggère fortement qu’il existait dans cette contrée des chevaux sauvages. Et comme le zèbre, cet animal ne peut pas vivre dans une région désertique ou semi-désertique puisqu’il a besoin de boire régulièrement et de manger de l’herbe fraîche.

Autre témoignage, le récit d’Artémidore, rapporté par Strabon (référence n°2), confirme la présence, au moins, de lions dans la péninsule arabique : « Le pays abonde en éléphants et en fourmis-lions : ceux-ci ont les parties génitales placées en sens inverse ; leur couleur tire sur celle de l’or et ils sont moins velus que ceux de l’Arabie ». La formulation dans le texte est ambiguë puisqu’elle pourrait aussi suggérer la présence d’éléphants.

Quant à la girafe, dans la Bible (« La Bible », Deutéronome 14:5, référence n°17), elle fait partie de la liste des animaux consommables édictée par Moïse : « Voici les animaux que vous mangerez: le boeuf, la brebis et la chèvre; 5le cerf, la gazelle et le daim; le bouquetin, le chevreuil, la chèvre sauvage et la girafe ». Attention certains mettent en doute la traduction du mot juif « zemer » dans l’Ancien Testament à cause de l’absence d’une référence historique !!! Cependant, dans les versions grecques et latines, l’animal y est bien nommé camelopard et les traducteurs le connaissaient parfaitement. D’autre part, des gravures rupestres attestent la présence de cet animal dans toute la péninsule arabique, du nord (gravure dans le Sinaï et le Neguev, référence n°18) jusqu’au sud (référence n°19).

Charmutha-7-eFigure VII.e : fresques de Deir Al-Bahari (référence n°16, n°17 et n°18)

La présence ou pas d’animaux exotiques dans la péninsule arabique n’est pas anodine puisqu’elle remet en cause la localisation actuellement du royaume de Pount. Au XIXème siècle, les travaux de Brugsch (référence n°20) avaient montré une corrélation entre Pount et l’Arabie. Puis, avec la découverte des fresques de Deir Al-Bahari, les égyptologues dont Brugsch ont repositionné ce pays dans la savane africaine, à l’est de l’Afrique, à cause de sa faune sauvage (girafe, panthère, léopard, …). Avec le récit de Diodore le Sicilien, nous pouvons mettre en doute cette localisation actuelle et, même mieux, conclure que les fameux reliefs de Pount sont une « photographie » du paysage des banizomènes (Figure VII.e, Référence n°21, n°22 et n°23).

Dans cette liste des animaux sauvages, il en existe un typique de la faune de Pount : l’éléphant. Dans la fresque de Deir Al-Bahari, celui-ci y est présent par les nombreuses défenses embarquées sur les bateaux. Autre temps, autre pharaon, lors du règne de Ptolémée I Soter (332-282 BC), les égyptiens devaient récupérer des éléphants de guerre pour s’opposer à ceux alignés par les mésopotamiens. Pour cela, ils envoyèrent une expédition vers le royaume de Pount pour en ramener. Il faut noter qu’ils existent trois espèces réparties en deux genres distincts. L’Éléphant de savane d’Afrique et l’Éléphant de forêt d’Afrique, autrefois regroupés sous la même espèce d’Éléphant d’Afrique, appartiennent au genre Loxodonta, tandis que l’Éléphant d’Asie, anciennement appelé éléphant indien, appartient au genre Elephas. De ces trois espèces, celle des savanes africaines est la plus difficile à apprivoiser. C’est la raison pour laquelle les éléphants de guerre utilisés par les nord-africains (égyptiens et carthaginois) ont toujours été ceux des forêts. Aussi surprenant que cela puisse paraître, nous pouvons donc affirmer que le royaume de Pount ne pouvait pas être située dans la savane actuelle de l’Afrique à cause des pachydermes en question.

Pour affiner la position de Pount, il faut se rappeler deux autres histoires sur les éléphants. Primo, à la bataille de Raphia en 217 BC, Ptolémée IV disposa de 73 éléphants des forêts africaines en provenance de Nubie face aux 102 éléphants d’Asie alignés par Antiochos III. Secundo, d’après Strabon (référence n°2, page 269), les pharaons de la dynastie Ptolémée allaient chasser cet animal dans la partie actuelle du Soudan, au niveau de la ville de « Ptolémais près de la chasse des éléphants » … Mais alors, pourquoi Ptolémée I Soter irait-il chercher des éléphants à des milliers de km alors qu’ils en existent tout autour de la Mer Rouge ? Nous pouvons donc dire que Pount n’est pas si éloigné et que le royaume serait au nord de la latitude de 16°, au nord de la Nubie et de la ville de Ptolemais. Cependant la présence de ces pachydermes ne permet pas d’affirmer si Pount est oui ou non le long de la côte africaine puisqu’il existe des gravures rupestres sur la côte asiatique, tant au nord à Al-Ula (référence n°24) qu’au sud (référence n°19). Et, en plus, selon Diodore (référence n°1, Livre II, page 100), du temps de Jules César, il existait encore des troupeaux d’éléphant sur la côte océanique de la péninsule arabique.

Mais que représentait réellement ce royaume mystérieux pour les pharaons ? Pour y répondre à cette question, il faut exploiter le magnifique livre de J.H. Breasted : « Ancient Records of Egypt » (référence n°25) dont voici les principales références sur Pount :

–   Tome I, 6ème Dynastie, Pepi II, Inscription de Harkhuf, page 159, §351 : Le nain de Harkuf ressemblait à celui rapporté par Burted de Punt pour le pharaon Isesy ».

–   Tome I, 6ème Dynastie, Pepi II, Inscription de Harkhuf, page 159, §353 : Le pharaon Pepi II s’intéressait plus au nain qu’aux cadeaux rapportés de Punt et du Sinaï.

–   Tome I, 6ème Dynastie, Pepi II, Inscription de Pepi-Nakht, page 162 et 163, §350 et §360 : le rapatriement du corps d’un noble égyptien tué sur la plage au nord de la mer Rouge.

–   Tome I, 6ème Dynastie, Pepi II, Inscription dans la tombe de Khui, page 164, §361 : Khui effectua onze expéditions à destination de Punt.

–   Tome I, 11ème Dynastie, Mentuhotep III, Inscriptions de Henu dans le Wadi Hammamat, page 209, §429 : un bateau pour de la myrrhe fraîche de Punt.

–   Tome I, 12ème Dynastie, Amenenhet II, Inscription du Sinaï dans le Wadi Gasus, page 275, §604 : Retour de Khentkhetwer de Punt par Sewew, Sewew et Coptos étant les deux extrémités du wadi Gasus.

–   Tome II, 18ème Dynastie, Thutmose III and Queen, The Punt reliefs, de la page 102 à 158, de §246 à §378.

–   Tome II, 18ème Dynastie, Thutmose III, Conspectus of campaigns, page 173, §406 : 8th campaign, année 33 : Les produits de Punt rapportés de Marvels étaient présentés en même temps que les tributs de Naharin, de Babylone et des hittites et des impôts collectés du Wawat.

–   Tome II, 18ème Dynastie, Thutmose III, Conspectus of campaigns, page 174, §406 : 13th campaign, année 38 : Les produits Punt rapportés par Marvels sont présentés en même temps que les tributs de Cyprus et d’Arrapakhitis et des impôts collectés du Kush et du Wawat.

–   Tome II, 18ème Dynastie, Thutmose III, 13th campaign, page 209, §506 et §513 : Les produits Punt rapportés par Marvels sont présentés en même temps que les tributs de Cyprus et d’Arrapakhitis et des impôts collectés du Kush et du Wawat.

–   Tome II, 18ème Dynastie, Thutmose III, Tomb of Rekhmire, page 289, §746 et 750 : Réception des produits de Pount en même temps que les tributs annuels des pays du Nord et du Sud.

–   Tome II, 18ème Dynastie, Amenhotep III, Inscription de Bubastis, page 339, §848 : La bataille contre la Nubie avec référence à Pount.

–   Tome II, 18ème Dynastie, Amenhotep III, Inscription de Bubastis, page 360, §890 : Hymne d’Amon : A l’Est, les pays de Pount.

–   Tome III, 19ème Dynastie, Harmhab, Graffiti dans la nécropole de Thèbe, page de 20 à 21, de §37 à §39 : L’expédition de Harmhab dans le Sud.

–   Tome III, 19ème Dynastie, Seti I, Reliefs de Karnak, page 37, §116 : Vers l’Est, les pays de Pount.

–   Tome III, 19ème Dynastie, Seti I, Reliefs de Karnak, page 75, §155 : L’ouverture d’une route commerciale avec Pount alors qu’au nord et au sud, c’est la soumission des pays.

–   Tome IV, 20ème Dysnatie, Medinet Habu, page 77, §129 : L’ouverture d’une route commerciale avec Pount alors qu’au nord et au sud, c’est la soumission des pays.

–   Tome IV, Papyrus Harris, 20ème Dysnatie, Ramses III, page 108 et 203, §181 et §407 : Les pays de Pount sont avant la grande mer aux eaux inversées.

–   Tome IV, Papyrus Harris, 25ème Dysnatie, Stèle de Tanutamon, page 471, §929 : Les pays de Pount sont avant la grande mer aux eaux inversées.

 

Attention, nous pouvons constater qu’il y a, aujourd’hui, déformations sur l’interprétation de certains textes historiques : le nain rapporté par Harkhuf ne provenait pas de Pount mais de Yam et celui-ci ressemblait à celui de Burted pour le pharaon Isesy ; les listes de Thutmose III ne contiennent pas les tributs des pays vaincus mais les présents pour une cérémonie (dont les tributs des pays vaincus, les impôts classiques et les produits ramenés de Pount) ; Le papyrus de Harris ne mentionne pas directement le golfe persique…

A partir du travail de Breasted, voici les principales remarques que nous pouvons en déduire sur Pount :

  • Pount n’est pas un pays mais un royaume avec plusieurs pays : les cadeaux provenaient de plusieurs régions dont Emu et Ta Netjer (The Punt Reliefs, §265, page 109).
  • Pount est à l’intérieure de la Mer Rouge : d’après le papyrus de Harris, le royaume était situé avant l’accès à la grande mer aux eaux inversés. Pour Breasted, cette grande mer était l’océan indien. Quant aux eaux qui s’inversent, c’est, pour moi, une définition « poétique » des marées. Ce phénomène était peu connu des anciens égyptiens puisque les amplitudes en Méditerranée et dans la mer Rouge sont faibles. Les anciens scribes d’Egypte ne connaissaient ces mouvements d’eaux que dans l‘océan Indien et dans le golfe persique.
  • Pount est situé à l’Est de l’Egypte : chaque fois qu’une direction est mentionnée, c’est toujours l’orient (pour exemple, l’Hymne d’Amon, §892).
  • Sa partie septentrionale est proche du Sinaï : en plus du nain, Harkhuf avait rapporté des cadeaux de Pount et du Sinaï.
  • Pount était présent au sud de l’Egypte : Amenhotep III et Harmhab furent en guerre contre ce royaume lors de leurs campagnes au sud.

 

Quelles conclusions, pouvons-nous en déduire ? Comme l’expédition de la reine Hatchepsout (XVème B.C.) partait depuis Coptos puis empruntait le wadi Hammami pour atteindre la mer, l’Est ne peut être, ici, que le rivage oriental de la mer Rouge. D’autre part, le royaume de Pount était juste au sud du Sinaï puisque leurs cadeaux avaient été présentés ensemble au pharaon Pepi II. Pour respecter l’ensemble de ces conditions, le royaume de Pount ne peut être que celui des arabes, la péninsule arabique étant à l’Est et le pays de banizomènes et le Sinaï étant de chaques côtés du golfe d’Aqaba…

Cette théorie d’un royaume arabe est la plus cohérente de toutes celles avancées. Dans le livre « Mysterious lands » (voir référence n°26), le professeur Meeks y détaille les principales raisons qui permettent d’affirmer que Pount et l’Arabie ne sont qu’une seule et même entité. Cependant, cette théorie présente des faiblesses, principalement sur les références africaines. Pour le professeur, celles-ci n’ont pas lieu d’exister puisque ce sont des erreurs d’interprétation : – les personnes d’apparence africaine sur la fresque de Deir-al-Bahari seraient des esclaves ; – la crue du Nil décrite dans la stèle de Defenneh serait plutôt une pluie ; – le nom de Pount sur la liste de Ptolémée des pays au sud de l’Egypte devrait être plutôt associée aux pays du nord…

Charmutha-7-f

Figure VII.f : carte de l’Egypte selon Ptolémée (référence n°8)

A la différence de D. Meeks, j’estime qu’il y a trop de référence à un pays africain de Pount pour exclure cette possibilité. Et la réponse se trouve dans le livre de Ptolémée, en particulier la carte de l’Egypte (figure VII.f). Le long du rivage occidental de la mer Rouge, il existe un peuple appelé « arabes egypti ».  Puis, plus au sud, il y a un pays indépendant ou autonome peuplé d’arabe « adei ». Ce pays était situé entre la mer Rouge et le Nil et entre les deux premières cataractes du fleuve. Avec cette terre arabe en Afrique, toutes les références africaines sur Pount deviennent alors cohérentes : une forte pluie au-delà de la première cataracte peut provoquer une inondation conséquente du Nil ; lors des campagnes, Pount pouvait être directement en conflit avec le Pharaon à cause de ses terres africaines ; sur les fresques de Deir Al-Bahari, les africains représentés pouvaient être les chefs du pays adei…

Charmutha-7-g

Figure VII.g : le Tilapia un poisson d’eau douce de Pount (référence n°21)

Après avoir défini le royaume de Pount et sa géographie, quel pays arabe pouvait être représenté sur les fresques de Der Al-Bahari ? Il faut noter que les égyptiens n’étaient pas de grands marins et n’osaient pas trop affronter l’océan indien avec ses marées impressionnantes. Logiquement, ce pays devait être à l’intérieur de la Mer Rouge. D’autre part, nous pouvons affirmer que ce pays était alimenté par un puissant fleuve pour deux raisons au moins : 1 – parmi les poissons dessinés, il y a des espèces d’eaux douces dont le tilapia (Référence n°21, n°22 et n°23, figure VII.g) ; 2 – les habitations sont des huttes sur pilotis afin de se protéger des crues.

Charmutha-7-hFigure VII.h : liste des zones inondables autour de la mer Rouge (source Google)

A partir de la topographie actuelle, nous pouvons donc en déduire cinq zones géographiques inondables aux alentours de la mer Rouge (figure VII.h) :

1 – Au milieu du rivage occidental de la mer Rouge : Pays des Addei avec les wadis Hudayn (puis wadis Figu et Hudayn)

2 – Au sud du rivage occidental de la mer Rouge, à la frontière de l’Erythrée : Baraka (puis khor Langeb et Anseba)

3 – Au nord du rivage oriental de la mer Rouge : Pays des banizomèbes avec le wadi al Hamd (puis Wadis Al Ays, Al Aqq, Malal, al Jazzi et al Ghamrah)

4 – Au milieu du rivage oriental de la mer Rouge : Charmutha avec le wadi Fatimah

5 – Au Sud du rivage oriental de la mer Rouge : Pays de Pudni avec les wadis Jizan et Sabya

charmutha-7-i

Figure VII.i : Rhinocéros à une corne de la fresque de Deir Al-Bahari (référence n°27)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Figure VII.j : rhinocéros de la Grande Chasse à la Villa Casame en Sicile (référence n°25)


charmutha-7-k

Figure VII.k : Rhinocéros à une corne du temple Amon (« Le rhinocéros est une licorne en Egypte », référence n°27)

Rapidement, nous pouvons exclure la deuxième possibilité puisqu’il existe une frontière linguistique. Au-delà du pays adei, les rivières asséchées s’appellent « Khor » au lieu de « wadi » pour les arabes. Quant à la première possibilité, nous pourrions l’exclure puisque les seules gravures des éléphants montés par des cornacs ont été observées sur la partie asiatique (référence n°19, figure VII.l) mais l’absence de représentations n’est pas une preuve de l’incapacité des africains à apprivoiser cet animal. Nous pourrions aussi remarquer que le rhinocéros représenté sur les fresques de Deir Al-Bahari (figure VII.i) n’a qu’une seule corne et que cette espèce n’existe que sur le continent asiatique. Ils existent, cependant, de nombreuses représentations de cet animal en-dehors de sa zone géographique actuelle : les gravures rupestres dans le Sahara, le rhinocéros offert au roi de Babylone, la mosaïque de la Grande Chasse (Référence n°25, « Villa Casale », Italie, figure VII.j), la gravure égyptienne du temple Amon qui serait un cadeau des nubiens (« Le rhinocéros est une licorne en Egypte », référence 26, figure VII.k), le rhinocéros de Diodore (« au-dessus des naseaux il porte une corne basse », référence n°1, Chapitre XVI, page 123) …  Personnellement, j’exclurait cette solution pour deux autres raisons : primo, l’expédition de Hatchepsout n’avait pas besoin d’y aller en bateau puisqu’il suffisait de passer la première cataracte ; secundo, le couple royal vivait principalement du côté de la péninsule arabique…

Charmutha-7-x

Figure VII.l : gravure rupestre d’un cornac avec son éléphant (référence n°19)

Pour déterminer la solution qui puisse être la plus probable des trois restantes, la faune sauvage de Pount ne peut plus être un indicateur. Il faut s’intéresser à d’autres indices qui peuvent apporter des réponses pertinentes. Et l’ensemble de ces remarques suggère que le pays des Banizomènes représenté sur la fresque est celui de Deir Al-Bahari :

1 – lors de l’expédition pour la reine Hatchepsout, les bateaux prenaient la direction du pays divin (Punt reliefs, page 106, §253) et cette direction est souvent associée à l’Est. Une traversée longitudinale de la mer Rouge aboutit au sud de la plage des banizomènes ;

2 – D’après Diodore, au sud de cette plage, sur l’une des trois îles, il y avait des colonnes à la gloire d’ISIS et cette déesse était souvent confondue avec HATHOR, surnommée la reine de Pount. Ici, il y avait sûrement un temple dédié aux déesses Isis et Hathor.

3 – le pays des banizomènes possédait le temple le plus sacré des arabes. Le roi étant le représentant de Dieu sur la Terre, le couple royal ne pouvait pas ne pas vivre à côté de ce lieu sacré ;

4 – A Al-Ula, les franciscains avaient déterré une statue qui ressemblait à un égyptien (référence n°30). Dayton y avait remarqué une gravure d’éléphant d’inspiration égyptienne (référence n°31). Le style égyptien prédominait dans cette région et pourrait montrer l’existence d’un lien culturel fort entre l’Egypte et ce pays.

En conclusion, la désertification qui a asséché le fleuve eu des impacts catastrophiques sur l’ensemble des pays côtiers de la mer Rouge. Les fresques de Deir Al-Bahari étant une « photographie » du magnifique paysage lors de la période des pharaons, celles-ci témoignent de la disparition d’un milieu propice à la faune sauvage et à l’homme. Et parmi ces pays, il y avait celui des banizomènes qui était tempéré et agréable jusqu’au temps de Jules César. Pour comprendre la fin de Charmutha, il faut donc rechercher l’origine de ce dérèglement climatique. Et la prochaine étude permettra d’apporter les explications à la disparition de l’un des plus grands ports de l’Antiquité.

Nota Bene : Le 17 Janvier 2017, Macron et ses sbires ont choisi volontairement de massacrer des innocents en rejetant le transfert de l’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes, puisque le bruit et la pollution des avions TUENT… De nombreuses études scientifiques ont démontré la corrélation de la mortalité et la présence des avions (+100% pour la mortalité pré-fœtale et cardiaque, …). Massacrer des hommes ou des femmes dans une démocratie n’est possible que pour des raisons sanitaires (par exemple le vaccin), écologiques ou économiques… Ne pas transférer l’aéroport ne va pas réduire le nombre de mort au contraire puisque 50.000 personnes seront dans le couloir de la mort… Ne pas transférer ne va pas sauver des espèces fragiles au contraire puisque les oiseaux exceptionnels de la deuxième réserve naturelle de France seront exposés au stress des avions… Ne pas transférer l’aéroport ne va pas réduire les risques d’accident au contraire les risques de collision entre avions et oiseaux augmenteront avec risque d’accident majeur… Ne pas transférer l’aéroport ne va pas économiser au contraire il faudra gaspiller le budget d’une dizaine d’aéroport (rembourser Vinci, détruire et reconstruire l’aérodrome de Bouguenais, insonoriser 50.000 logements, …). Bref Macron et ses sbires n’ont aucune raison d’assassiner des honnêtes citoyens. Le massacre en masse s’appelle un crime contre l’humanité. Nous, les nantais, demandons la mise en examen de tous ces psychopathes qui tuent des hommes et des femmes pour leur bien-être personnel.

 

Charmutha , Bétius : Sommaire :

1 – Les récits de Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2017/07/21/chapitre-i-charmutha-betius-la-cite-mysterieuse-et-le-fleuve-disparu/

2 – Le littoral de Charmutha

Https://nantt44.wordpress.com/2017/07/26/chapitre-ii-la-quete-du-littoral-de-charmothas/

3 – les cartes de Ptolémée

https://nantt44.wordpress.com/2017/09/25/chapitre-iii-charmutha-becius-les-cartes-de-ptolemee/

4 – le tropique du Cancer

https://nantt44.wordpress.com/2017/12/21/chapitre-iv-charmutha-becius-le-tropique-du-cancer/

5 – les cascades de Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2018/02/08/chapitre-v-charmutha-becius/

6 – Becius, ce fleuve disparu

https://nantt44.wordpress.com/2018/04/06/chapitre-vi-charmutha-becius-becius-ce-fleuve-disparu/

7 – Le royaume de Pount et ses pays

https://nantt44.wordpress.com/2018/07/06/chapitre-vii-charmutha-becius-le-royaume-pount-et-ses-pays/

8 – l’Arabie Heureuse et le changement climatique

https://nantt44.wordpress.com/2018/10/23/chapitre-viii-becius-charmutha-le-changement-climatique/

9 – le Quersonnesse de Charmutha

A venir

10 – Le Cothone de Charmutha

A venir

11 – L’acropole de Charmutha

A venir

12 – Le pays divin

A venir

 

Bibliographie/Bibliography :

1 – « Les Trois premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien, historiographe grec » de Anthoine Macault en 1541 :

https://books.google.fr/books?id=biBkAAAAcAAJ&pg=RA3-PA129&dq=banizomenes&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiRk__y85nUAhUGMhoKHcaRD0IQ6AEIIjAA#v=onepage&q=banizomenes&f=false

2 – « Géographie de Strabon. » par François Jean Gabriel de L Porte Du Theil en 1819 :

https://books.google.fr/books?id=1ndNAAAAcAAJ&pg=PA187&dq=livre+XVI+strabo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjDysXd9JnUAhVLPRoKHVOUCicQ6AEIIjAA#v=onepage&q=livre%20XVI%20strabo&f=false

3 – «The Historical Library of Diodorus the Sicilian »

https://books.google.fr/books?id=oysUAAAAYAAJ&pg=PA185&dq=carmutha&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjNr_PrkpDVAhUBzxQKHQaOD2wQ6AEIPjAD#v=onepage&q=carmutha&f=false

4 – Le catalogue du site “Ancien Ports Antiques” :

https://www.ancientportsantiques.com/the-catalogue/red-sea/

5 – Photos satellites à partir du site « google-maps.pro » :

http://google-maps.pro/satellite/Jeddah

6 – Topographie de la zone à partir du site « fr-fr.topographic-map.com » :

http://fr-fr.topographic-map.com/places/La-Mecque-4243501/

7 – Anciens témoignages sur les arabes :

https://sourcebooks.fordham.edu/ancient/arabia1.asp

8 – « Cosmographia » de Ptolémée aux alentours du 2ème siècle :

https://archive.org/stream/cosmographia00ptol#page/n109/mode/2up

9 – « Les dieux de l’Égypte : Que sais-je », n°1194

https://books.google.fr/books?id=EbEICwAAQBAJ&pg=PT30&dq=ba+dieux&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjp3_LhoMDWAhWoLMAKHTczA58Q6AEINjAC#v=onepage&q=ba%20dieux&f=false

10 – « Inclinaison de l’axe terrestre » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Inclinaison_de_l%27axe

11 – « La Bible » : Génèse 2, 8-14

http://bible.archeologie.free.fr/jardinperdu.html

12 – « la Mer Rouge » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_Rouge

13 – « le périple de la mer Erythréenne » :

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/anonyme/periple1.htm

https://archive.org/details/periplusoferythr00schouoft

14 – « Description de l’Univers, Tome II, Asie Ancienne et Moderne » par Allain Manesson Mallet :

https://archive.org/stream/descriptiondelun00mane_1#page/182/mode/1up

15 – « Le monnayage islamique des origines à l’époque ottomane : éléments historiques » :

http://horizons-d-aton.over-blog.fr/article-17484532.html

16 – Traduction de LOTON par le site Dicolatin.fr :

http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/LOTON/index.htm

17 – « La Bible », deutéronome 14:5 :

http://saintebible.com/lsg/deuteronomy/14.htm

18 – « The shipwrecked sailor again », göttinger miszellen 24, 1977, p.94

19 – « La faune dans la roche » de Hervé Monchot, Charliy Polaikoff, Route de l’Orient, Hors-Serie 2016, p74-93 :

http://www.academia.edu/28933119/La_faune_dans_la_roche_de_l_iconographie_rupestre_aux_restes_osseux_entre_Dûmat_al-Jandal_et_Najrân_Arabie_Saoudite_

20 – « Les papyrus hiératiques de Berlin » de François Joseph Chabas :

https://books.google.fr/books?id=OhZKAAAAcAAJ&pg=PA59&dq=terre+divine+papyrus&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwij5I7rpL7ZAhUE2qQKHdQKC1kQ6AEIJjAC#v=onepage&q=terre%20divine%20papyrus&f=false

21 – « Seagoing Ships & Seamanship in the Bronze Age Levant » de Shelley Wachsmann

https://books.google.fr/books?id=apna4pv7Ks8C&pg=PA19&lpg=PA19&dq=byblos+punt&source=bl&ots=m2t9OHTJjY&sig=4fJaKwFz7xJEsBLAsJMKVovIEQI&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwih5e2TqI3aAhWJcRQKHVd8C-8Q6AEwAXoECAcQAQ#v=onepage&q=byblos%20punt&f=false

22 – « The temple of Deir el Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/templeofdeirelba12egyp

23 – « The XIth dynasty temple at Deir el-Bahari » par Edouard Naville :

https://archive.org/details/xithdynastytempl30navi

24 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

25 – « Ancient Records of Egypt » de J.H. Breasted :

https://archive.org/details/BreastedJ.H.AncientRecordsEgyptAll5Vols1906

26 – « Mysterious lands » de O’Connors :

https://books.google.fr/books?id=tVy4Zsmkw9wC&pg=PA69&lpg=PA69&dq=punt+elephant+ptolemy+soter&source=bl&ots=dQiu4p6GU-&sig=Jy8KtZaVCyfz2JEDA0U3Z9mqNw8&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi-sI2Q3pvaAhXDSBQKHQreBEUQ6AEwDHoECAMQAQ#v=onepage&q=punt%20elephant%20ptolemy%20soter&f=false

25 – « Villa Casale », mosaïque de la Chasse :

https://www.voyagevirtuel.info/italie/page/villa-casale-269.php

26 – « Le rhinoceros est une licorne en égypte » de Nicolas Manlius :

https://www.researchgate.net/publication/284030759_LE_RHINOCEROS_EST_UNE_LICORNE_EN_EGYPTE

27 – « Rhinocéros et la licorne » du magazine Pharaon :

https://www.pharaon-magazine.fr/category/pharaonplus/articles-pharaon-n-14

30 – « La mission en Arabie des pères A. Jaussen et R. Savignac » de Maurice Sartre, 1996 :

https://www.persee.fr/doc/topoi_1161-9473_1996_num_6_2_1675

31 – « The lost elephants of Arabia » de Dayton, Antiquity, Volume 42, Issue 165, Mars 1968, pp 42-45 :

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/the-lost-elephants-of-arabia/DA3CE390FA7F137819B56B09DAB769CD#

 

Chapter VI : Charmutha, Becius : this disappeared river

Our quest for Charmutha, one of the most famous cities in the ancient world, continues … Located between Djeddha and Almojermah, south of the five pyramidal mountains and north of the flat hill, its port was fed by a mighty river that descended from high hills called Hedjaz. Becius, as it was called, crossed the mountain barrier between the cities of Ushash in the north and Taif in the south (see Chapter IV on the Tropic of Cancer), downstream of a sand lake and upstream of the Al Qi’dubah city (see Chapter V on the Hejaz Waterfalls). This new chapter will, this time, redraw the river disappeared thanks to the various information collected from our Elders.


Chapter VI : Charmutha, Becius : le Becius, this disappeared river

Charmutha-3-b

Figure VI.a: list of places and rivers around Badeo according to Ptolemy

(« Cosmographia » of Ptolemy, reference n°8).

 

Before redrawing the Becius, it is necessary to define several points of reference. The first of these is the passage of the river through the Hejaz, which was determined thanks to the study of the Charmutha Waterfalls: 22° of latitude and 40° of longitude (in GPS data). As for its source and its mouth, they are mentioned in the book of Ptolemy (« Cosmographia », see figure VI.a, reference n°8) between the city « Thebe civitas » and the kingdom « Badeo regium »: « Fontes fluvius » (76 ° longitude PT and 24.5 ° latitude in the Ptolémée mark) which would translate into the source of the river; « Betius fl ostia » (69.5 ° longitude PT and 20.66 ° latitude in the Ptolemy marker) which would translate into the mouth of the Betius River.

 Charmutha-3-a

Figure VI.b: map of the Arabian Peninsula according to Ptolemy

(« Cosmographia » of Ptolemy, reference n ° 8).

On the map of the Arabian Peninsula (see figure VI.b), north of the river’s mouth and a mountain headland, Ptolemy had positioned a city called « Thebe civitas » whose latitude was 21°. This GPS position (21° latitude), represented by the red label on the Jeddah region satellite photo (see Figure VI.c), would be south of a headland which is, in itself, the most West. There is therefore a slight difference between the GPS coordinates and the latitudes of Ptolemy.

Charmutha-6-c

Figure VI.c: satellite photo of Djeddha (source google map)

 To correct this offset, it is necessary to exploit the satellite photo of the Jeddah region (Figure VI.d). Southeast of this city, there is an exceptionally green valley. This green corridor can only be the last vestige of Becius. The GPS latitude of this river would be 21.3 degrees, which corresponds to an offset of 0.7 degrees. With the reestimated value, the city of « Thebe civitas » was just above the rocky cape (Al Bawadi in Figure VI.c), which corresponds to the map of Ptolemy.

 Charmutha-6-d

Figure VI.d: satellite photo southeast of Djeddha (source google map)

The third and final landmark is the river’s source. According to Ptolemy, this one would be located at 76° of longitude and 24,5° of latitude. Given the name’s similarity between Yanbu and « Iambia », and as their latitudes are very close, these two cities could be considered as being the same… The GPS longitude of Yanbu being 38.1°, there would be, of this is a 30° offset from the Ptolemy’s measurements. The Becius’s source would then be slightly southeast of the city of Ryad (see figure VI.e). But this position is not possible because of the topography. The height difference does not correspond to that expected for the river…

Charmutha-6-e

Figure VI.e: Satellite photo of the Ryad region (source google map)

To understand the error, we must imagine how our ancient geographers determined one place’s position. For latitude, it is easily calculated simply to use the sextant, a tool that gives the horizon’s angle with the sun. On the other hand, for longitude, the only possibility is to estimate a longitudinal distance between two points, the distance that must not be confused with the one traveled. In the hypothesis of a such confusion, according to Pythagoras’ theorem, we must integrate an error between 1.5° and 4°, which gives a position between Al Dhekra and Al-Duwadmi.

 

The reestimated position being too broad, we must exploit another historical reference: the Old Testament and the Paradise of Adam and Eve (see reference n°11, Genesis 2, 8-14) : « then Jehovah God created a Eden garden and, there, he put the man whom he had formed. The LORD God made grown all kinds of trees, which were pleasant to see and good to eat, and the life’s tree in the garden’s midst, and the knowledge’s tree of good and evil. And a big river was caming out of Eden to water the garden and, from there, it divided into four smaller river.The first’s name is Phison : it’s he who surrounds all the land of Havila where there is gold. There is also bdellium and onyx stone. The second river is Gihon: it’s he who surrounds all the land of Cousch. The name of the third river is the Tigris : it’s he who flows to the Orient of Assour. The fourth river is Euphrates « .

 

 

Figure VI.f: topography between Iraq and the center of the Arabian Peninsula (google source).

 In 1983, the American archaeologist Juris Zarins noted that Havila could be the region of Hejaz rich in gold, onyx and bdelium, the latter being the resin of a tree that grew mainly in southern Arabia. In 1992, following the 1st Gulf War, Farouk El-Baz analyzed satellite photos to estimate the damage on oil wells. At that moment, he noticed a topographical anomaly: a straight depression that runs from Iraq to the center of the Arabian Peninsula (see figure VI.f). For the American scientist, this depression could only be the dry bed of Phison.

Going back from Iraq, the Wadi al Batin, which would be the Phison’s remnants, passes through the present city of Hafar al Batin and then disappears under a dune of 200 meters. Beyond the dune, the course reappears along the Wadi ar Rummah and separates into 3 distinct tributaries: the Wadi ar Rummah; the Wadi Sahuq; and the Wadi al Jarir. One of these three wadis ends at the moutain’s foot, close to Afif and which culminates at 1306 meters of altitudes.

Charmutha-6-g

Figure VI.g: topography around the mountain of Jabal An Nir (source google map).

 This mountain of Jabal An Nir, from which Phison emerged, can only be the mountain range in the center of the Arabian Peninsula. From this place sprang the Becius river. The topographical study around this mountain, west of Afif (see figure VI.f), is interesting since it reveals four main basins (separated by black lines) :

  • Phison : in the North and in blue : the Wadi al Jarir joins wadis ar Rummah and Sahuq to form the Phison which flows to the side of Mesopotamia. Around 1400 BC, this river was to be active since it was mentioned by Moses.
  • Laris : in the South and in green : the Wadis’s waters of Subay, Ranyah and Bishah meet to form wadi Dawasir towards the Southeast. Then they form the wadi al Ghiran in direction to the north, toward the Persian Gulf. On the Ptolemy’s map, Laris follows exactly the same path.
  • A Laris’s river : in the East and in red : a valley crosses the mountain massif at the level of the Ryad city. Beyond, this valley collects the waters of wadi Nisah, Hanifah and al Kharj and go to the north, towards the Persian Gulf. On the Ptolemy’s map, it would be the main river of Laris, the one north of the Arabian Peninsula.
  • Becius : in the West and in red: the Becius is bordered by hills to the north and south (« Saja and Umm Al Ramth »). The valley has a slight curvature that we can observe on the Ptolemy’s map.
  • Corys (a possibility): in the North-West and in purple : the river borrowed the valley of Wadi Aqiq which passes by Medina towards the Red Sea. This one had to be active as was the Phison. It may be the Corys, the river quoted by Herodotus, which threw itself into the Red Sea (see chapter III : The maps of Ptolemy).

Charmutha-6-h

Figure VI.h: representation of the Becius river upstream of the Hejaz.

Thanks to all the information collected, we were able to redraw the Becius river basin upstream of the Hejaz with its source and its tributaries (see figure VI.h). On the old maps, just before the mountain barrier of Hedjaz, there were two rivers that joined the Becius. Today, to the south, there is a valley that descends from the city of Taif with two separate wadis. In the north, because of desertification, the traces of an old affluent are no longer visible.

Charmutha-6-i

Figure VI.i: representation of the Becius river downstream from the Hejaz.

 The last work is now to trace the Becius big river at the Hejaz’s foot. For this, we must start from the river’s mouth to go up to the pass. The verdant valley seen in figure VI.c, which is today the old dry bed, is our starting point. It is enough to go up the valley which goes, first, towards the North-East until Abu Hasaniyah then towards the East and then turns towards the South-East until the city of Ar Rayyan. Arrived at this point, it is difficult to continue the course since they exist several possibilities. So we have to go down again, this time, from the pass, just above the city of Al Qi’dubah. From this position, the wadi go to the west, then to the south-west to Mushaji, Al Khulasah and Ar Rayyan respectively. This « treasure hunt » allows us to trace the Becisu’s course downstream of the mountain barrier (see figures VI.i and VI.j).

 There is, however, a topographical feature at the mouth of the Becius big river. The satellite photo between Jeddah and Mecca shows sets of mountains that, like puzzles, come together. This peculiarity can only be explained by a seismic break network. And, among all these faults, the main one was the bed of Becius which was, at the same time, a natural frontier between two main regions: in the north the « thamidites » and in the south the « Cassanitorum » (whose kingdom of Badeo). The influence of this fault was noticeable on a map but also at the bottom of the Red Sea to a depth of 200 meters (reference wikipedia n°12). With a consequent flow, the river had to push the sand towards the sea and, consequently, to be deep and difficult to cross.

 In conclusion, our study allowed us to trace the river from its source around Afif to its mouth near Jeddah. The topography and plate tectonics explain the atypical course of the Becius upstream and downstream of the Hijaz. But one question remains unanswered: why and how can a mighty river disappear? It becomes necessary to answer it before rediscovering Charmutha.

 

Nota Bene : Since January 17, 2017, the democrats are in mourning since France has lost its Republic. Like a dictator and as MAO, Macron believes himself superior to the people and prefers to renounce the referendum that validated the transfer of the airport of Notre-Dame-Des-Landes. Like a dictator and like Hitler, Macron prefers to sacrify the people of Nantes and massacre innocents to satisfy his ego. The place of these psychopaths is not the Elysee or the Assembly but the prison since their voluntary policy of homicide is criminally reprehensible. As for all the democrats of France, we must save our Republic against these new fachos.

 

Charmutha , Becius : Summary :

1 – The old stories of Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2017/07/21/chapiter-i-charmutha-betius-the-quest-for-the-mysterious-city-and-the-vanished-river/

2 – The coastline of Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2017/07/29/chapiter-ii-charmutha-betius-the-quest-for-the-charmothas-coastline/

3 – The old maps of Ptolemy

https://nantt44.wordpress.com/2017/10/10/chapiter-iii-charmutha-becius-the-maps-of-ptolemy/

4 – the Tropic of Cancer

https://nantt44.wordpress.com/2018/01/03/chapiter-iv-charmutha-becius-the-tropic-of-cancer/

5 – Charmutha waterfalls

https://nantt44.wordpress.com/2018/02/20/chapiter-v-charmutha-becius-the-waterfalls-of-charmutha/

6 – Becius, the disapperead river

https://nantt44.wordpress.com/2018/04/24/chapter-vi-charmutha-becius-this-disappeared-river/

7 – The Punt Kingdom and its countries

https://nantt44.wordpress.com/2018/08/27/chapter-vii-charmutha-becius-the-punt-kingdom-and-its-countries/

8 – The Felix Arabia

To following.

9 – The Quersonnesse of Charmutha

To following.

10 – The Cothone of Charmutha

To following.

11 – The Acropolis of Charmutha

To following.

12 – The divine country

To following.

 

Bibliographie/Bibliography :

1 – « Les Trois premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien, historiographe grec » de Anthoine Macault en 1541 :

https://books.google.fr/books?id=biBkAAAAcAAJ&pg=RA3-PA129&dq=banizomenes&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiRk__y85nUAhUGMhoKHcaRD0IQ6AEIIjAA#v=onepage&q=banizomenes&f=false

2 – « Géographie de Strabon. » par François Jean Gabriel de L Porte Du Theil en 1819 :

https://books.google.fr/books?id=1ndNAAAAcAAJ&pg=PA187&dq=livre+XVI+strabo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjDysXd9JnUAhVLPRoKHVOUCicQ6AEIIjAA#v=onepage&q=livre%20XVI%20strabo&f=false

3 – «The Historical Library of Diodorus the Sicilian »

https://books.google.fr/books?id=oysUAAAAYAAJ&pg=PA185&dq=carmutha&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjNr_PrkpDVAhUBzxQKHQaOD2wQ6AEIPjAD#v=onepage&q=carmutha&f=false

4 – Le catalogue du site “Ancien Ports Antiques” :

https://www.ancientportsantiques.com/the-catalogue/red-sea/

5 – Photos satellites à partir du site « google-maps.pro » :

http://google-maps.pro/satellite/Jeddah

6 – Topographie de la zone à partir du site « fr-fr.topographic-map.com » :

http://fr-fr.topographic-map.com/places/La-Mecque-4243501/

7 – Anciens témoignages sur les arabes :

https://sourcebooks.fordham.edu/ancient/arabia1.asp

8 – « Cosmographia » de Ptolémée aux alentours du 2ème siècle :

https://archive.org/stream/cosmographia00ptol#page/n109/mode/2up

9 – « Les dieux de l’Égypte : Que sais-je », n°1194

https://books.google.fr/books?id=EbEICwAAQBAJ&pg=PT30&dq=ba+dieux&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjp3_LhoMDWAhWoLMAKHTczA58Q6AEINjAC#v=onepage&q=ba%20dieux&f=false

10 – « Inclinaison de l’axe terrestre » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Inclinaison_de_l%27axe

11 – « La Bible » : Génèse 2, 8-14

http://bible.archeologie.free.fr/jardinperdu.html

12 – « la Mer Rouge » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_Rouge

 

 

 

Chapitre VI : Charmutha, Becius : Becius, ce fleuve disparu

Notre quête de Charmutha, l’une des plus célèbres cités du monde antique, se poursuit… Située entre Djeddha et Almojermah, au sud des cinq montagnes pyramidales et au nord de la colline plate, son port était alimenté par un puissant fleuve qui descendait des hautes collines appelées Hedjaz. Le Becius, tel était son nom, traversait la barrière montagneuse entre les villes d’Ushash au nord et de Taïf au sud (voir chapitre IV sur le tropique du Cancer), en aval d’un lac de sable et en amont de la ville d’Al Qi’dubah (voir chapitre V sur les cascades du Hedjaz). Ce nouveau chapitre permettra, cette fois-ci, de redessiner le fleuve disparu avec les différentes informations recueillies auprès de nos Anciens.
Chapitre VI : Charmutha, Becius : le Becius, ce fleuve disparu

Charmutha-3-b

Figure VI.a : liste des lieux et des fleuves autours de Badeo selon Ptolémée (« Cosmographia » de Ptolémée, référence n°8).

Avant de redessiner le Becius, il est nécessaire de définir plusieurs points de repère. Le premier d’entre eux est le passage du fleuve à travers le Hedjaz qui a été déterminé grâce à l’étude sur les cascades de Charmutha : 22° de latitude et 40° de longitude (dans le repère GPS). Quant à sa source et son embouchure, ils sont mentionnés dans le livre Cosmographia de Ptolémée (voir figure VI.a, référence n°8) entre la ville « Thebe civitas » et le royaume « Badeo regium » : « Fontes fluvius » (76° de longitude PT et 24,5° de latitude dans le repère de Ptolémée) qui se traduirait par la source du fleuve ; « Betius fl ostia » (69,5° de longitude PT et 20,66° de latitude dans le repère de Ptolémée) qui se traduirait par l’embouchure du fleuve Betius.

Charmutha-3-a

Figure VI.b : carte de la Péninsule Arabique selon Ptolémée (« Cosmographia » de Ptolémée, référence n°8).

Sur la carte de la péninsule arabique (voir figure VI.b), au nord de l’embouchure du fleuve et d’un massif montagneux, Ptolémée avait positionné une ville appelée « Thebe civitas » dont sa latitude était de 21°. Cette position GPS (21° de latitude), représentée par l’étiquette rouge sur la photo satellitaire de la région de Djeddah (voir figure VI.c), serait au sud d’un cap qui est, en lui-même, le plus à l’ouest. Il y a donc un léger décalage entre les coordonnées GPS et les latitudes de Ptolémée.

Charmutha-6-c

Figure VI.c : photo satellitaire de Djeddha (source google map)

Pour corriger ce décalage, il faut exploiter la photo satellitaire de la région de Djeddah (Figure VI.d). Au sud-est de cette ville, il y a une vallée exceptionnellement verte constituée d’arbres. Ce couloir verdoyant ne peut être que le dernier vestige du Becius. La latitude GPS de ce fleuve serait de 21,3°, ce qui met en évidence un décalage de 0,7°. Avec la valeur réestimée, la ville de « Thebe civitas » serait située juste au-dessus du cap rocailleux (Al Bawadi sur la figure VI.c), ce qui correspond à la carte de Ptolémée.

Charmutha-6-d

Figure VI.d : photo satellitaire au sud-est de Djeddha (source google map)

Le troisième et dernier point de repère est la source du fleuve. D’après Ptolémée, celle-ci serait située à 76° de longitude et 24,5° de latitude. Vu la similitude des noms entre Yanbu et « Iambia », et comme leurs latitudes sont très proches, ces deux villes pourraient être considérées comme étant les mêmes… La longitude GPS de Yanbu étant de 38,1°, il y aurait, de ce fait, un décalage de 30° par rapport aux mesures de Ptolémée. La source du Becius serait alors légèrement au Sud-Est de la ville de Ryad (voir figure VI.e). Mais cette position n’est pas possible à cause de la topographie. Le dénivelé ne correspond pas à celui attendu pour le fleuve…

Charmutha-6-e

Figure VI.e : photo satellitaire de la région de Ryad (source google map)

Pour comprendre l’erreur, il faut imaginer comment nos anciens géographes déterminaient la position d’un lieu. Pour la latitude, elle se calcule facilement puisqu’il suffit d’utiliser le sextant, un outil qui donne l’angle de l’horizon avec le soleil. Par contre, pour la longitude, la seule possibilité est d’estimer une distance longitudinale entre 2 points, distance qu’il ne faut pas confondre avec celle parcourue. Dans l’hypothèse d’une telle confusion, en se basant sur le théorème de Pythagore, il faudrait intégrer une erreur qui serait entre 1,5° et 4°, ce qui donnerait une position entre Al Dhekra et Al-Duwadmi.

La position réestimée étant trop large, nous devons exploiter une autre référence historique : l’Ancien Testament et le Paradis d’Adam et Eve (voir référence n°11, Génèse 2, 8-14) : « Puis l’Eternel Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l’Orient, et il y mit l’homme qu’il avait formé. L’Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et un fleuve sortait d’Eden pour arroser le jardin et de là il se divisait et devenait quatre sources de fleuve. Le nom du premier est Phison ; c’est lui qui entoure tout le pays de l’Havila où il y a de l’or. Et l’or de ce pays est excellent, là il y a aussi le bdellium et de la pierre d’onyx. Le nom du second fleuve est Gihon ; c’est lui qui entoure toute la terre de Cousch. Et le nom du troisième fleuve est le Tigre ; c’est lui qui coule à l’Orient d’Assour ; et le quatrième fleuve, c’est l’Euphrate« .

 

Figure VI.f : topographie entre l’Irak et le centre de la péninsule arabique (source google).

En 1983, l’archéologue américain Juris Zarins remarqua que l’Havila pouvait être la région de l’Hedjaz riche en or, en onyx et en bdéllium, ce dernier étant la résine d’un arbre qui poussait essentiellement en Arabie du Sud. En 1992, suite à la 1ère guerre du Golfe, Farouk El-Baz analysa des photos satellitaires afin d’estimer les dégats sur les puits pétroliers. Il remarqua, à ce moment, une anomalie topographique : une dépression rectiligne qui se dirige depuis l’Irak vers le centre de la Péninsule Arabique (voir figure VI.f). Pour le scientifique américain, cette dépression ne pouvait être que le lit asséché du Phison.

En remontant depuis l’Irak, le Wadi al Batin, qui serait les restes du Phison, passe par la ville actuelle d’Hafar al Batin puis disparaît sous une dune de 200 mètres. Au-delà de la dune, le cours réapparaît en longeant le Wadi ar Rummah et se sépare en 3 affluents distincts : le Wadi ar Rummah ; le Wadi Sahuq ; et le Wadi al Jarir. L’un de ces trois wadis se termine au pied d’une montage, proche d’Afif et qui culmine à 1306 mètres d’altitudes.

Charmutha-6-g

Figure VI.g : topographie autour de la montagne de Jabal An Nir (source google map).

Cette montagne de Jabal An Nir, d’où émergeait le Phison, ne peut être que le massif montagneux au centre de la péninsule arabique. De cet endroit, jaillissait aussi le Becius. L’étude topographique autour de cette montagne, à l’ouest d’Afif (voir figure VI.g), est intéressante puisqu’elle révèle quatre principaux bassins (séparés entre eux par des traits noirs) :

  • Le Phison : au Nord et en bleu : le Wadi al Jarir rejoint les wadis ar Rummah et Sahuq pour former le Phison qui se jette du côté de la Mésopotamie. Vers 1400 avant JC, ce fleuve devait être actif puisqu’il était mentionné par Moïse.
  • Le Laris : au Sud et en vert : les eaux des Wadis Subay, Ranyah et Bishah se rejoignent pour former le wadi Dawasir en direction du Sud-Est. Puis elles forment le wadi al Ghiran qui se dirige vers le Nord à destination du Golfe Persique. Sur la carte de Ptolémée, le Laris suit exactement le même parcours.
  • Un affluent du Laris : à l’Est et en orange : une vallée traverse le massif montagneux au niveau de la ville de Ryad. Au-delà, cette vallée recueille les eaux des wadi Nisah, Hanifah et al Kharj et se dirige vers le Nord en direction du Golfe Persique. Sur la carte de Ptolémée, ce serait le principal affluent du fleuve Laris, celui au nord de la péninsule arabique.
  • Le Becius : à l’Ouest et en rouge : le Becius est encadré par des collines au nord et au sud (« Saja and Umm Al Ramth »). La vallée présente une légère courbure que nous pouvons observée sur la carte de Ptolémée.
  • le Corys (possibilité) : au Nord-Ouest et en violet : le fleuve empruntait la vallée du Wadi Aqiq qui passe par Médine à destination de la Mer Rouge. Celui-ci devait être actif comme l’était le Phison. Il se peut que ce soit le Corys, ce fleuve cité par Hérodote et qui se jetait dans la Mer Rouge (voir chapitre III : les cartes de Ptolémée).

Charmutha-6-h

Figure VI.h : représentation du Becius en amont du Hedjaz.

Grâces à l’ensemble des informations recueillies, nous avons pu redessiner le bassin fluvial du Becius en amont du hedjaz avec sa source et ses affluents (voir figure VI.h). Sur les anciennes cartes, juste avant la barrière montagneuse du Hedjaz, il y avait deux rivières qui rejoignaient le Becius. Aujourd’hui, au sud, il y a une vallée qui descend de la ville de Taïf avec deux wadis distincts. Au nord, à cause de la désertification, les traces d’un ancien affluent ne sont plus visibles.

Charmutha-6-i

Figure VI.i : représentation du Becius en aval du Hedjaz.

Le dernier travail est maintenant de retracer le Becius au pied du Hedjaz. Pour cela, il faut repartir de l’embouchure du fleuve pour remonter jusqu’au col. La vallée verdoyante observée sur la figure VI.c, qui est aujourd’hui l’ancien lit asséché, est notre point de départ. Il suffit de remonter la vallée qui va, d’abord, vers le Nord-Est jusqu’à Abu Hasaniyah puis vers l’Est et bifurque ensuite vers le Sud-Est jusqu’à la ville d’Ar Rayyan. Arrivé à ce point, il est difficile de poursuivre le cours puisqu’ils existent plusieurs possiblités. Nous devons donc redescendre, cette fois-ci, depuis le col, juste au-dessus de la ville d’Al Qi’dubah. Depuis cette position, le wadi se dirige vers l’Ouest, puis vers le Sud-Ouest pour atteindre respectivement les villes de Mushaji, d’Al Khulasah et d’Ar Rayyan. Ce « jeu de piste » nous permet donc de retracer le cours du becius en aval de la barrière montagneuse (voir figures VI.i).

 

Il existe, cependant, une particularité topographique au niveau de l’embouchure du fleuve. La photo satellitaire entre Djeddah et la Mecque montre des ensembles de massifs montagneux qui, comme des puzzles, s’assemblent. Cette particularité ne peut s’expliquer que par un réseau de faille. Et, parmi l’ensemble de ces failles, la principale était le lit du Becius qui était, en même temps, une frontière naturelle entre deux régions principales : au nord les « thamidites » et au sud le « Cassanitorum » (dont le royaume de Badeo). L’influence de cette faille était perceptible sur une carte mais aussi au fond de la Mer Rouge jusqu’à une profondeur de 200 mètres (référence wikipedia n°12). Avec un débit conséquent, le fleuve devait refouler le sable vers la mer et, par conséquent, être profond et difficile à traverser.

 

En conclusion, notre étude nous a permis de retracer le fleuve depuis sa source autour d’Afif jusqu’à son embouchure près de Djeddah. La topographie et la tectonique des plaques permettent d’expliquer le parcours atypique du Becius en amont et en aval du Hedjaz. Mais une question reste en suspens : pourquoi et comment un puissant fleuve peut disparaître ? Il devient nécessaire d’y répondre avant de redécouvrir Charmutha.

 

Nota Bene : Depuis le 17 Janvier 2017, les démocrates sont en deuil puisque la France vient de perdre sa République. Tel un dictateur et comme MAO, Macron se croit supérieur au peuple et préfère renié le referendum qui a validé le transfert de l’aéroport de Notre-Dame-Des-landes. Tel un dictateur et comme Hitler, Macron préfère gazer les nantais et massacrer des innocents pour satisfaire son ego. La place de ces psychopathes n’est pas l’Elysée ni l’Assemblée mais la prison puisque leur politique volontaire d’homicide est pénalement répréhensible. Quant à tous les démocrates de France, nous devons sauver notre République face à ces nouveaux fachos.

Charmutha , Bétius : Sommaire :

1 – Les récits de Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2017/07/21/chapitre-i-charmutha-betius-la-cite-mysterieuse-et-le-fleuve-disparu/

2 – Le littoral de Charmutha

Https://nantt44.wordpress.com/2017/07/26/chapitre-ii-la-quete-du-littoral-de-charmothas/

3 – les cartes de Ptolémée

https://nantt44.wordpress.com/2017/09/25/chapitre-iii-charmutha-becius-les-cartes-de-ptolemee/

4 – le tropique du Cancer

https://nantt44.wordpress.com/2017/12/21/chapitre-iv-charmutha-becius-le-tropique-du-cancer/

5 – les cascades de Charmutha

https://nantt44.wordpress.com/2018/02/08/chapitre-v-charmutha-becius/

6 – Becius, ce fleuve disparu

https://nantt44.wordpress.com/2018/04/06/chapitre-vi-charmutha-becius-becius-ce-fleuve-disparu/

7 – Le royaume de Pount et ses pays

https://nantt44.wordpress.com/2018/07/06/chapitre-vii-charmutha-becius-le-royaume-pount-et-ses-pays/

8 – l’Arabie Heureuse et le changement climatique

https://nantt44.wordpress.com/2018/10/23/chapitre-viii-becius-charmutha-le-changement-climatique/

9 – le Quersonnesse de Charmutha

A venir

10 – Le Cothone de Charmutha

A venir

11 – L’acropole de Charmutha

A venir

12 – Le pays divin

A venir

 

Bibliographie :

1 – « Les Trois premiers livres de l’histoire de Diodore Sicilien, historiographe grec » de Anthoine Macault en 1541 :

https://books.google.fr/books?id=biBkAAAAcAAJ&pg=RA3-PA129&dq=banizomenes&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiRk__y85nUAhUGMhoKHcaRD0IQ6AEIIjAA#v=onepage&q=banizomenes&f=false

2 – « Géographie de Strabon. » par François Jean Gabriel de L Porte Du Theil en 1819 :

https://books.google.fr/books?id=1ndNAAAAcAAJ&pg=PA187&dq=livre+XVI+strabo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjDysXd9JnUAhVLPRoKHVOUCicQ6AEIIjAA#v=onepage&q=livre%20XVI%20strabo&f=false

3 – «The Historical Library of Diodorus the Sicilian »

https://books.google.fr/books?id=oysUAAAAYAAJ&pg=PA185&dq=carmutha&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjNr_PrkpDVAhUBzxQKHQaOD2wQ6AEIPjAD#v=onepage&q=carmutha&f=false

4 – Le catalogue du site “Ancien Ports Antiques” :

https://www.ancientportsantiques.com/the-catalogue/red-sea/

5 – Photos satellites à partir du site « google-maps.pro » :

http://google-maps.pro/satellite/Jeddah

6 – Topographie de la zone à partir du site « fr-fr.topographic-map.com » :

http://fr-fr.topographic-map.com/places/La-Mecque-4243501/

7 – Anciens témoignages sur les arabes :

https://sourcebooks.fordham.edu/ancient/arabia1.asp

8 – « Cosmographia » de Ptolémée aux alentours du 2ème siècle :

https://archive.org/stream/cosmographia00ptol#page/n109/mode/2up

9 – « Les dieux de l’Égypte : Que sais-je », n°1194

https://books.google.fr/books?id=EbEICwAAQBAJ&pg=PT30&dq=ba+dieux&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjp3_LhoMDWAhWoLMAKHTczA58Q6AEINjAC#v=onepage&q=ba%20dieux&f=false

10 – « Inclinaison de l’axe terrestre » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Inclinaison_de_l%27axe

11 – « La Bible » :

http://bible.archeologie.free.fr/jardinperdu.html

12 – « la Mer Rouge » : Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_Rouge